Défense

Un pas de plus dans la coopération contre Aqmi

Le président malien aux côtés de Gabriel Poudiougou, le 22 septembre, à Bamako.

Le président malien aux côtés de Gabriel Poudiougou, le 22 septembre, à Bamako. © AFP

Le président mauritanien Ould Abdelaziz a reçu, dimanche, le chef de l’armée malienne, le général Gabriel Poudiougou. Une rencontre qui vise à renforcer un peu plus la coopération des pays de la région dans leur lutte contre Aqmi.

Entre le Mali et la Mauritanie, le courant passe de mieux en mieux dans la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). C’est du moins ce que tendait à montrer la rencontre, dimanche 7 novembre à Nouakchott, entre le Général Gabriel Poudiougou, chef d’état-major de l’armée malienne, et le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz.

Si rien de confidentiel n’a filtré de l’entretien, une source militaire mauritanienne a indiqué que « la coopération entre les deux pays et leur engagement commun sur le terrain pour faire face à la menace d’Aqmi » avaient été au centre des discussions.

« Nous avons administré la preuve qu’une coordination des armées de la région pour bouter hors de chez nous toute menace terroriste est bien possible », a affirmé la même source, qui estime que les « autres pays concernés peuvent se joindre à nous ».

Les deux pays viennent en effet de créer des patrouilles mixtes, chargées de veiller à la sécurité du territoire dans le nord du Mali, près de Tombouctou. Jusqu’à présent, l’armée mauritanienne y menait, seule, des opérations contre Aqmi.

« Au coude à coude, la main dans la main »

Ces manœuvres conjointes sont le résultat des discussions menées entre les différents pays de la région, bien décidés à lutter ensemble contre Aqmi, et sans l’aide trop marquée des pays occidentaux.

Longtemps frileux à s’engager militairement dans la lutte contre le terrorisme, Bamako a finalement choisi de s’aligner sur la position de ses voisins. « Le Mali n’acceptera pas que son territoire soit un repaire des criminels et nous tous sommes au coude à coude, la main dans la main, dans cette mission de sécurisation de nos territoires et de nos populations », confirme une source militaire malienne.

Les chefs des armées malienne, mauritanienne, algérienne et nigérienne s’étaient rencontrés fin septembre à Tamanrasset, en Algérie, où a été mis en place un quartier général du commandement conjoint des opérations militaires et du renseignement. Ils ont convenu ensemble de renforcer la lutte contre les cellules d’Aqmi, réparties dans la zone désertique que les quatre pays se partagent. (Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte