Politique

Quand la répression s’abat sur les journalistes du groupe de Seif el-Islam Kadhafi

Les Kaddafi, père (à d.) et fils. © J.A.

Vingt journalistes égyptiens, libyens et tunisiens appartenant au groupe de presse de Seif el-Islam Kadhafi ont été arrêtés par les autorités libyennes. Les propositions du fils du « Guide » dérangent visiblement bon nombre de conservateurs.

Des journalistes font-ils les frais d’une bataille au sommet de l’État libyen ? C’est ce que laisse penser l’arrestation de vingt journalistes appartenant au groupe de médias Al-Ghad.

Ce groupe, qui comprend entre autres l’agence d’information Libyapress et l’hebdomadaire Oéa, est la propriété de Seif el-Islam Kadhafi, le propre fils du « Guide » Mouammar Kadhafi.

Selon Al-Ghad, ce sont vingt journalistes du groupe, dont trois Tunisiens et deux Égyptiennes qui ont été arrêtés par les autorités libyennes. 

Un faux journal en vente

L’hebdomadaire Oéa a en outre été suspendu selon le groupe de presse, qui assure que le numéro publié dimanche sous le nom de « Sabah Oéa » a en réalité été produit par « les imprimeries d’État » et n’a aucun lien avec le véritable journal. La publication en question portait le même logo et le même nom du directeur de l’information que l’original.

Libyapress a condamné les arrestations, dénonçant un « acte honteux et scandaleux ». D’après Al-Ghad, il s’agit d’une « première dans les annales de la presse libyenne ».

Selon plusieurs sources, Tripoli reprocherait à ces médias certaines informations liées au retour en Libye d’opposants et d’islamistes exilés. Les conservateurs s’opposent farouchement à ce projet initié par Seif el-Islam.

Un éditorial de Oéa avait notamment appelé au retour d’anciens membres du Conseil de la révolution libyenne de 1969 qui avait porté Mouammar Kadhafi au pouvoir. Le journal y voyait un moyen de lutter contre la corruption et citait notamment Abdelsalem Jalloud.

Jeudi, c’est Libyapress qui avait affirmé qu’un haut responsable conservateur, Ahmed Ibrahim, avait appelé à empêcher l’accès à des postes clés de l’État aux anciens opposants exilés.

Les médias d’Al-Ghad s’étaient déjà distingués pour leurs critiques envers le gouvernement, notamment sur le terrain des droits de l’homme.
(avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte