Politique

Présidentielle : une campagne du second tour à couteaux tirés

Le président sortant Laurent Gbagbo (G) et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara.

Le président sortant Laurent Gbagbo (G) et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara. © AFP

La campagne électorale officielle pour le second tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire a débuté samedi. Et les affiches des deux candidats Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara montrent que ceux-ci ne se font plus de cadeaux. Ambiance.

La stratégie « officielle » de chacun des deux candidats transparaît largement à travers leurs affiches de campagne. Et elle est, dans un cas comme dans l’autre, plutôt musclée. Comme au premier tour, le candidat du Front populaire ivoirien (FPI), Laurent Gbagbo, met dans la balance sa figure historique et se pose en incarnation de la nation, roulant à « 100 % pour la Côte d’Ivoire ».


Affiche de campagne du FPI.
© Théophile Kouamouo pour J.A.

Quant à Alassane Dramane Ouattara (ADO), il s’emploie à valoriser l’alliance qui l’unit à Henri Konan Bédié, ainsi qu’aux autres leaders et aux jeunes du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la coalition de l’opposition. Son objectif ? Que l’accord parfait qui transparaît sur les affiches se transforme en un report efficace des voix d’Henri Konan Bédié (Parti démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI) et de Mabri Toikeusse (Union pour la démocratie et la paix en Côte d’ivoire, UDPCI) en sa faveur.


Affiche de campagne du RHDP.
© Théophile Kouamouo pour J.A.

Effet de répulsion

En parallèle, les deux hommes jouent aussi de l’éventuel effet de répulsion que chacun d’entre eux peut susciter auprès des électeurs de Henri Konan Bédié. Gbagbo a commencé par un « teasing » au thème évocateur : « Attention aux  contrefaçons ». Désormais, il tente de se réapproprier les promesses sociales historiques qui ont été mises en avant par ADO lors du premier tour. « Je choisis l’original, je vote Gbagbo », affirment sur les panneaux d’affichage des personnages qui vont de la commerçante rêvant de financements de projets au jeune à la recherche d’un emploi en passant par un médecin affirmant que « la santé gratuite, c’est Gbagbo ».


Affiche de campagne du FPI.
© Théophile Kouamouo pour J.A.

Tout aussi offensives, des affiches du RHDP assimilent l’adversaire à la pauvreté, à l’échec scolaire, aux déchets toxiques, à la corruption. Les deux candidats ne prennent d’ailleurs plus de gants pour se lancer des invectives. Gbagbo désigne désormais clairement Ouattara comme « celui qui a fait venir la guerre » et qui a poussé Bédié à l’exil en 1999. « Si tu continues, tu m’entendras », lui a répondu son rival, lors de son meeting d’ouverture de campagne, samedi au Palais des Sports d’Abidjan.


Affiche de campagne du RHDP.
© Théophile Kouamouo pour J.A.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte