Immigration

Halde : Sihem Souid porte plainte et met en cause Jeannette Bougrab

Sihem Souid pose le 5 octobre 2010 à Paris. © AFP

L’ex-fonctionnaire de la PAF, qui avait dénoncé les pratiques discriminatoires et racistes de son service dans un livre retentissant paru mi-octobre, vient de porter plainte contre X. Dans son viseur : l’ancienne présidente de la Halde, Jeannette Bougrab, aujourd'hui secrétaire d'État à la Jeunesse et à la vie associative.

Suite dans l’affaire Sihem Souid. Cette ex-adjointe de sécurité (ADS) d’origine tunisienne avait publié le 14 octobre un livre pour dénoncer « l’omerta », le racisme et les « discriminations » à la Police aux frontières (PAF) de l’aéroport d’Orly, où elle a travaillé pendant trois ans et demi.

Mais avant de publier ce brûlot, qui connaît depuis un franc succès en librairie, elle avait saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) pour des faits graves dont elle affirme avoir été à la fois la victime et le témoin.

La Halde avait dit à l’AFP à la mi-octobre que la « décision » concernant Sihem Souid était prise et qu’elle serait prochainement « notifiée aux parties ». Or, c’est sur le plateau d’une émission politique, sur France 2, que l’intéressée a été informée que sa demande était rejetée !

« Violation du secret professionnel »

Selon ses avocates Mes Samia Maktouf et Béatrice Dubreuil, elle a en effet appris de la bouche de la chroniqueuse Elisabeth Lévy lors de l’émission de Franz-Olivier Giesbert, Semaine critique, vendredi dernier, que la Halde avait « rejeté sa requête ».

Mardi à Paris, elle a donc déposé une plainte contre X pour « violation du secret professionnel » et « recel ». Elle y met nommément en cause Jeannette Bougrab, en sa qualité de présidente de la Halde au moment des faits, devenue secrétaire d’État à la Jeunesse et à la vie associative à la faveur du dernier remaniement gouvernemental, .

« La divulgation par la Halde, à Mme Lévy, de la copie de mon dossier […] m’apparaît comme une manœuvre politique », écrit Sihem Souid dans sa plainte. Une mise en cause à laquelle Jeannette Bougrab « n’a pas souhaité réagir », ont indiqué ses services mardi soir. (Avec AFP)


Jeannette Bougrab, le 19 mai 2006, dans les locaux de l’UMP à Paris.
© AFP

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte