Politique

Young-Jin Choi : « Je suis d’un optimisme prudent »

| Par
Le Sud-Coréen Choi Young-jin, patron de l’Onuci.

Le Sud-Coréen Choi Young-jin, patron de l'Onuci. © AFP

Young-Jin Choi, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, donne à jeuneafrique.com son sentiment sur le second tour de l’élection présidentielle, qui opposera Laurent Gbagbo et Alassane Dramane Ouattara dimanche 28 novembre.

Jeuneafrique.com : la campagne du deuxième tour a été très musclée. Craignez-vous des troubles lors du vote du 28 novembre et les jours suivants ?

Young-Jin Choi : Je suis globalement optimiste mais d’un optimisme prudent. On a assisté, entre les deux tours, à des dérives verbales, parfois très violentes. Des affrontements entre militants ont eu lieu, même si ils ont été limités. On déplore le décès d’un Ivoirien qui a succombé à ses blessures à l’hôpital de Daloa. C’est regrettable. Heureusement, le comportement exemplaire des deux candidats lors du duel télévisé a permis de faire redescendre la tension d‘un cran à l’approche du vote. Toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour la tenue d’un scrutin libre et transparent.

Des retards dans l’acheminement des PV et des cas de fraude ont été observés au premier tour. Comment la Commission électorale indépendante (CEI) et l’Onuci, qui assurent la logistique du scrutin, ont-ils corrigé le tir ?

Il y a eu quelques dysfonctionnements au premier tour. Mais cela ne remet pas en cause le résultat du vote. Nous avons vérifié tous les PV. Pour ce deuxième tour, nous avons proposé à la CEI, qui l’a accepté, d’acheminer tous les PV des bureaux de vote d’Abidjan et de Bouaké jusqu’au siège central de cette institution. Cela représente 40 % des résultats. Le transport des PV entre les 9 000 autres lieux de vote et les commissions électorales locales (CEL) incombe à la CEI avec le soutien logistique du Bureau des Nations unies pour les services de projets (Unops). A la différence du premier tour, chaque président de CEL disposera de 50 000 F CFA afin de louer un véhicule pour le transport de ces PV. L’Unops et l’Onuci fourniront également des véhicules. Nous allons mobiliser tous les moyens nécessaires (militaires, civils et policiers), toute la nuit du 28 novembre, pour sécuriser l’acheminement de ces PV. Le dispositif sécuritaire a été renforcé au Nord et à l’Ouest, régions les plus sensibles.

Le président Gbagbo vient d’instaurer, par décret, un couvre-feu du samedi soir au mardi matin. L’opposition accuse le camp présidentiel de vouloir manipuler les résultats. Cette mesure s’imposait-elle ?

Je ne souhaite pas me prononcer avant d’avoir pris connaissance du texte de ce décret. Notre seul souci est de pouvoir travailler sans entrave et de manière transparente au transport des PV.

Pourrez-vous préserver les résultats ?

Trois éléments sont essentiels pour sauvegarder les résultats du scrutin : la diffusion progressive des résultats dès le soir du 28 novembre, l’absence d’auto-proclamation de la victoire par l’un des candidats et la formulation des réclamations par les moyens démocratiques. La CEI commencera à diffuser les résultats dès le soir du scrutin contrairement au premier tour où l’on a dû attendre deux jours en raison de problèmes d’acheminement des PV. Une trop longue attente est propice à la propagation des rumeurs. Cette fois, on aura rapidement les premières tendances et les résultats provisoires dans les deux jours.

Et si l’un des deux candidats conteste le verdict en lançant ses partisans dans la rue ?

Je ne crois pas que ce sera le cas. Les deux candidats ont déclaré lors du débat télévisé qu’ils respecteraient les résultats publiés par la CEI. Nous allons tout faire avec la CEI pour que ce scrutin soit transparent afin de ne pas donner d’arguments au perdant pour le contester. C’est notre devoir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer