Économie

Égypte : les pays du Golfe promettent 12 milliards de dollars

Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite. © AFP

Le Koweït s'est engagé à fournir 4 milliards de dollars d'aide financière et de produits pétroliers à l'Égypte. Une annonce qui intervient jour après la promesse de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis de soutenir le nouveau gouvernement, respectivement à hauteur de 5 et 3 milliards de dollars.

Mis à jour mercredi 10 juillet à 16H GMT – aide du Koweït – Après les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, c’est au tour du Koweït de promettre son soutien à l’économie égyptienne, en grande difficulté. Le petit État de la péninsule arabique s’est engagé à fournir 2 milliards de dollars de dépôt à la Banque centrale égyptienne et à fournir pour 1 milliard de dollars de produits pétroliers, rapporte l’agence de presse koweïtienne. Le dernier milliard de dollars prendra la forme d’un don.

Mis à jour mardi 9 juillet à 19H GMT – aide de l’Arabie saoudite – L’Arabie saoudite rejoint les Émirats arabes unis. Le premier pays pétrolier mondial déposera 2 milliards de dollars à la banque centrale d’Égypte, enverra pour plus de 2 milliards de dollars de produits pétroliers et assurera pour 1 milliard de dollars de trésorerie, a déclaré al-Arabiya, la chaîne de télévision pan-arabe soutenue par les autorités saoudiennes.

En pleine tourmente, moins d’une semaine après le renversement de son président Mohamed Morsi, l’Égypte peut compter sur les Émirats arabe unis (EAU). En effet, la deuxième économie du monde arabe aurait promis 3 milliards de dollars d’aide financière à l’Égypte, dont la crise est autant politique qu’économique. Le soutien émirati inclut 1 milliard de dollars d’aide et 2 milliards de dollars de prêt à taux zéro auprès de la banque centrale égyptienne, a révélé l’agence de presse officielle, basée à Abou Dhabi.

Lire aussi :

Les défis économiques plus pressants que jamais en Égypte
Égypte : Actis investit dans Edita
Le Qatar propose 3 milliards de dollars d’aide à l’Égypte

Une aide retardée

Les EAU avaient promis un montant similaire en 2011, peu de temps après la chute d’Hosni Moubarak, mais d’après des officiels égyptiens interviewés par Bloomberg, cet argent n’était jamais arrivé. Il en va de même pour des promesses d’aide de la part de l’Arabie saoudite. Mais la visite cette semaine d’Hisham Ramez, gouverneur de la Banque centrale égyptienne, avait relancé les spéculations autour d’une aide financière émiratie.

Le soutien du Koweït, des Émirats et du royaume saoudien au régime qui a balayé Mohamed Morsi met en lumière les camps choisis par les différents bienfaiteurs en provenance du Golfe et le basculement des influences qui s’opère. Pour l’instant, le voisin qatari est resté mesuré, promettant de « continuer à respecter la volonté de l’Égypte et de tout l’éventail de son peuple ». Suivant une politique pro-frère musulman, le Qatar avait amplement soutenu le régime de Mohamed Morsi, apportant 8 milliards de dollars sur un an.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte