Politique

Présidentielle : l’armée ferme toutes les frontières jusqu’à nouvel ordre

Mis à jour le 2 décembre 2010 à 22:45

Va-t-on vers un coup de force du camp du président sortant Laurent Gbagbo, donné perdant par la CEI (45,9 %) face à Alassane Dramane Ouattara (54,1 %) à l’élection présidentielle ? Quelles que soient les intentions réelles de l’armée, celle-ci a ordonné jeudi soir la fermeture des frontières de Côte d’Ivoire.

Dans un communiqué lu jeudi soir sur la Radio télédiffusion ivoirienne (RTI), l’armée a annoncé la fermeture de toutes les frontières de la Côte d`Ivoire. « Les frontières terrestres, aériennes et maritimes du pays sont fermées à toute circulation de personnes et de biens à compter de ce jeudi » à 20 heures (locales et GMT) « et ce jusqu’à nouvel ordre ».

Officiellement, les raisons de cette décision sont d’ordre sécuritaire, alors qu’on s’attend à de nouvelles violences dans le pays après la controverse au sujet des résultats de l’élection présidentielle. La Commission électorale indépendante (CEI) a déclaré l’opposant Alassane Dramane Ouattara (ADO) vainqueur du second tour de l’élection présidentielle avec 54,1 % des voix contre 45,9 % pour son rival le président sortant Laurent Gbagbo.

Mais cette décision de l’armée pourrait revêtir des intentions encore inavouées, la tentation du coup de force n’étant pas étrangère à certains « faucons » du camp Gbagbo, alors même que le scrutin a été unanimement salué comme « démocratique » par toute la communauté internationale. Au point que le Conseil de sécurité de l’ONU a menacé de « prendre des mesures appropriées contre ceux qui entravent le processus électoral et en particulier le travail de la CEI ».

La Maison Blanche a appelé jeudi soir « toutes les parties » au respect des « résultats annoncés par la Comission électorale indépendante ». « Ces résultats provisoires ont déclaré Alassane Ouattara vainqueur contre le président en exercice Laurent Gbagbo. »

Les résultats définitifs « dans les heures qui viennent »

L’hypothèse d’un passage en force est loin d’être une simple vue de l’esprit : le Conseil national de la communication audiovisuelle ivoirien (CNCA) a déclaré jeudi soir que toutes les chaînes et stations de radio étrangères allaient être suspendues « dans un soucis de sérénité ». Radio France internationale (RFI) ne serait déjà plus captée à Abidjan, mais la télévision et l’internet fonctionnent encore. Paul Yao N’Dré, le président du Conseil constitutionnel qui doit désormais valider – ou non – les résultats provisoires a déclaré jeudi soir que les résultats définitifs seraient annoncés « dans les heures qui viennent ».