Culture

Le couvre-feu est prorogé, Soro passe à l’offensive

Mis à jour le 14 décembre 2010 à 08:25

Installé à la veille du second tour de l’élection présidentielle ivoirienne, le couvre-feu a été prorogé dans un climat de forte tension à Abidjan. Un blocus de l’hôtel du président élu Ouattara a été temporairement établi hier par des hommes du président sortant Gbagbo, tandis que le Premier ministre Guillaume Soro a annoncé son intention de se réinstaller à la Primature.

Sans surprise, alors qu’il devait s’achever lundi matin, le couvre-feu en Côte d’Ivoire a été prorogé jusqu’au mardi 21 décembre, selon un décret lu à la télévision du président putschiste Laurent Gbagbo, qui refuse de céder la place à son successeur démocratiquement élu, Alassane Dramane Ouattara.

Le couvre-feu est néanmoins maintenu sous une forme une nouvelle fois « allégée ». Il est désormais en vigueur de minuit à 05h00 (locales et GMT) au lieu de 22h00 à 05h00. Instauré à la veille du second tour de la présidentielle ivoirienne du 28 novembre, celui-ci a été rejeté par le camp du président élu Alassane Dramane Ouattara qui ne comprenait pas sa nécessité, alors que la population voulait surveiller elle-même le transfert des urnes aux centres de dépouillement.

Soro vise aussi la RTI

Cette décision de prorogation intervient alors qu’à Abidjan, la tension est à son comble. Lundi, des forces encore fidèles à Laurent Gbagbo ont établi un blocus temporaire de l’hôtel du Golf où le président Alassane Ouattara a établi son QG. Des tirs ont été entendus dans la matinée lors de ce premier face-à-face armé entre les deux camps en deux semaines de crise.

Mais cette confrontation militaire, qui n’a pas fait de victimes, n’empêche pas Guillaume Soro, le Premier ministre de Ouattara, d’aller de l’avant. Dans un communiqué, il a affirmé son intention de s’installer vendredi avec ses ministres au siège du gouvernement, dans le quartier du Plateau d’Abidjan.

Par ailleurs, il compte se rendre jeudi avec son cabinet « dans les locaux de la RTI (télévision publique tenue par le camp Gbagbo) pour y installer le nouveau directeur général », l’ex-présentateur du journal télévisé, Pascal Brou Aka. Ce journaliste qui avait été salué pour son professionnalisme lors du débat télévisé entre Gbagbo et Ouattara, le 25 novembre dernier. (Avec AFP)