Société

Un an de prison avec sursis pour avoir mis en cause la santé de Wade

Une ancienne proche d’Abdoulaye Wade, le docteur Faye, a été condamnée à un an de prison avec sursis pour avoir affirmé que le président sénégalais ne pouvait plus assurer ses fonctions pour des raisons de santé. Une polémique de plus au Sénégal autour de « Gorgui » et son entourage.

Mis à jour le 14 décembre 2010 à 09:07

Le médecin ophtalmologue, Mame Marie Faye, qui avait mis en doute publiquement la santé du président Wade, dont elle était par ailleurs proche, a été condamnée lundi à Dakar à un an de prison avec susrsis et 500 000 F CFA d’amende (760 euros). La peine est lourde pour un sujet aussi publique que polémique – la santé du chef de l’État – mais elle a cependant le mérite, sur un plan symbolique, de montrer que plus le temps passe, puis le vide se fait autour du président Abdoulaye Wade, déterminé à briguer un troisième mandat, le 26 février 2012.

Le tribunal des flagrants délits de Dakar qui a condamné Mme Faye a motivé sa décision pas le fait que celle-ci se serait rendue coupable de « diffusion de fausses nouvelles et actes et manœuvres visant à troubler l’ordre public », selon l’un de ses avocats, Me Demba Ciré Bathily. Le parquet n’a cependant pas été suivi : il demandait qu’elle soit condamnée à trois ans de prison avec sursis et 1,5 million de F CFA (2 280 euros) d’amende.

"Acharnement thérapeutique"

Ex-militante du Parti démocratique sénégalais (PDS, parti au pouvoir) et qui avait été proche du chef de l’État, le Dr. Faye avait simplement affirmé au cours d’une conférence de presse, le 30 novembre, que « du fait de la maladie, Abdoulaye Wade est déjà dans l’incapacité de continuer à assurer correctement la charge de président ». Et d’ajouter qu’en 2012, il sera « médicalement dans l’incapacité totale » de le faire.

Apparemment sereine à l’audience, Mme Faye a soutenu que le chef de l’État était « pris en otage » par son entourage qui chercherait à le maintenir au pouvoir et qu’il faisait l’objet d’un « acharnement thérapeutique ». Au pouvoir depuis dix ans, Abdoulaye Wade aura officiellement 85 ans en février 2012. Alors qu’il s’est dit récemment « en forme à tous points de vue », sa santé n’est pas le seul sujet de polémique au Sénégal. La validité constitutionnelle de sa candidature est également mise en cause par l’opposition. (Avec AFP)