Politique

De sommet en sommet, la Cedeao préoccupée par la crise ivoirienne

Mis à jour le 21 décembre 2010 à 15:29

La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest a annoncé un nouveau sommet sur la situation en Côte d’Ivoire vendredi, tandis que certains de ses membres se préparent à l’arrivée de nouveaux réfugiés.

La Côte d’Ivoire s’embourbe dans la crise et c’est toute la sous-région qui s’inquiète. Après avoir longtemps été un centre économique stable de l’Afrique de l’Ouest, la crise ivoirienne menace de déstabiliser ses voisins.

D’après le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations unies, quelque 6 200 Ivoiriens auraient déjà traversé la frontière vers le Liberia, pays autrefois synonyme de chaos, et de la Guinée, qui, après de nombreux tumultes, vient d’achever la première élection démocratique de son histoire, avec l‘investiture d’Alpha Condé mardi. Vendredi, le HCR en dénombrait encore 4 441, et il s’attend à de nouvelles arrivées.

"Instabilité continue"

« Ces derniers jours, le HCR a renforcé ses préparatifs pour la Côte d’Ivoire en raison de l’instabilité continue », a expliqué le porte-parole de l’organisation, Adrian Edwards, devant la presse.

« Avant le week-end, nous avons transporté par avion des provisions supplémentaires au Liberia et en Guinée depuis nos dépôts stockés à Copenhague. Nous sommes actuellement prêts pour (prendre en charge) jusqu’à 30 000 réfugiés », a-t-il ajouté.

Les quatorze autres membres de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), qui ont déjà décidé la suspension de la Côte d’Ivoire la semaine dernière, doivent tenir un nouveau sommet extraordinaire sur cette question vendredi.

L’organisation souhaite « examiner les derniers développements en Côte d’Ivoire et voir comment nous pouvons y apporter une réponse collective », a déclaré son porte-parole Sunny Ugoh mardi.

L’organisation sous-régionale avait demandé à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir auquel il se maintient après un coup de force institutionnel. (avec AFP)