Archives

Abdelhafidh Feghouli, l’ex-PDG intérimaire de la Sonatrach placé en détention

Affaires de corruption à la Sonatrach, suite. L’ancien PDG par intérim du groupe pétrolier Abdelhafidh Feghouli a été arrêté. Motif : des soupçons de corruption pour des passations de marchés datant de 2007 et 2008.

Mis à jour le 22 décembre 2010 à 16:10

Abdelhafidh Feghouli, l’ancien PDG intérimaire de la Sonatrach, le 17 avril 2010. © New Press / Sipa

Nouveau rebondissement dans les affaires de corruption de la Sonatrach, première entreprise africaine selon le classement des 500 établi chaque année par Jeune Afrique, avec 125 000 salariés et un bénéfice net de près de 2,5 milliards d’euros en 2009. Après la démission en janvier dernier de l’ancien PDG du groupe pétrolier algérien, Mohamed Meziane, qui a été placé sous contrôle judiciaire, c’est au tour de son successeur intérimaire (de janvier à mai 2010), Abbdelhafidh Feghouli, de connaître de gros ennuis judiciaires.

Selon le Quotidien d’Oran, qui cite le procureur général de la cour d’Oran, Feghouli a été placé sous mandat de dépôt par un juge d’instruction du tribunal d’Arzew (ouest de l’Algérie) après avoir été inculpé dans le cadre d’une enquête sur les conditions d’attribution de marchés par la Sonatrach.

Deux autres responsables écroués

Les contrats incriminés avaient été conclus en 2007 et 2008 entre le groupe pétrolier et la société algéro-française d’ingénierie Safir. Mais Feghouli n’est pas le seul responsable concerné. Un cadre de Sonatrach ainsi que le directeur général de Safir ont également été écroués, selon El Watan. Des informations qui n’ont pas été confirmées de sources officielles.

Suite au scandale qui avait valu la chute de Mohamed Meziane et l’incarcération à trois de ses quatre vice-présidents, le rênes de la Sonatrach avaient été confiés au  président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures, Nordine Cherouati.