Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : la bombe WikiLeaks»

Voir tout le sommaire
Politique

WikiLeaks : les États-Unis et le trafic nucléaire « typique » de l’Est de la RDC

En 2007, l’ambassade des États-Unis à Bujumbura (Burundi) est informée de la découverte de produits chimiques, dont de l’uranium, par deux Congolais, dans l’Est de la RDC. Les Américains vont hésiter quant à la validité de ces informations…

Le 27 juin 2007, l’ambassade des États-Unis à Bujumbura (Burundi) est mise en alerte. Un « officier assistant pour la sécurité des radiations » vient d’informer la représentation diplomatique de la découverte d’une « grande quantité de produits chimiques » dans un « bunker en béton » à environ 170 kilomètres à l’ouest de la ville de Bukavu (RDC) par deux Congolais.

Mauvaises mains musulmanes

Ces produits, fabriqués en Belgique d’après leurs étiquettes, comporteraient notamment 30 kg d’uranium en poudre. Les deux Congolais affirment vouloir les remettre à l’ambassade américaine « pour éviter qu’ils tombent entre de mauvaises mains », notamment celles des « musulmans ».

Du fait de l’empressement des deux hommes à vendre l’échantillon d’un des différents produits trouvés dans la cache, l’officier américain suspecte ses interlocuteurs de vouloir mener une « arnaque typique » des trafics nucléaires en provenance de l’Est de la RDC.

Mais trois semaines plus tard, les diplomates jugent utile de revenir sur cette affaire dans un nouveau télégramme. Les produits  sont maintenant stockés dans les villes de Bukavu et Goma.

Un des Congolais est alors décrit comme un pasteur à la bonne réputation. « Ouvrir le bunker a pris quatre mois et deux hommes ont été tués par un piège à la grenade », rapporte le télégramme qui précise que des mines avaient été posées dans les environs.

Commentaire de l’officier de sécurité des radiations : « Ils attendent de nous de prendre l’initiative d’un paiement  ou de nous rendre au Congo pour voir les matériaux. » La suite du télégramme est censurée et n’indique pas quelle sera la décision des Américains concernant ces produits…
 

Lire les autres articles du dossier

«Afrique : la bombe WikiLeaks»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte