Politique

Obansanjo : « Je ne quitte pas le pays tant que le problème n’est pas réglé »

| Par
L’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo.

L'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo. © AFP

L’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, arrivé samedi à Abidjan en toute discrétion pour une « mission d’exploration », a confié ne pas avoir l’intention de quitter a Côte d’Ivoire avant que la crise postélectorale ivoirienne n’ait été résolue.

Après Thabo Mbeki, Jean Ping, Thomas Boni Yayi, Pedro Pires, Ernest Koroma ou encore Raila Ondinga, un nouvel homme politique de premier rang, l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, tente sa chance pour trouver une solution à la crise ivoirienne. Et il paraît plus déterminé que ses prédécesseurs.

Sa visite à Abidjan, qui n’avait pas été annoncée, a débuté samedi à 17 heures pour une « mission d’exploration ».

Mais contrairement à ce qui était prévu, Olusegun Obasanjo ne devrait pas quitter la Côte d’Ivoire dimanche soir. « Je ne quitte pas le pays tant que le problème n’est pas réglé », a-t-il confié dimanche soir à un homme politique ivoirien de premier plan, selon l’entourage de ce dernier. Il aurait indiqué avoir prévu de rester au moins jusqu’à mardi prochain.

Le voyage d’Obasanjo fait suite à une demande du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, et après consultation de l’actuel président nigérian Goodluck Jonathan, lui-même tenant d’une ligne dure face au président sortant Laurent Gbagbo qui se maintient au pouvoir après un coup de force institutionnel.

Mission déterminante

Obasanjo, qui loge à l’hôtel Pullman, a déjà rencontré les deux principaux protagonistes de cette crise Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, au moins deux fois chacun dimanche. 

Des entretiens avec les deux hommes avaient déjà eu lieu samedi soir. Olusegun Obasanjo a également rencontré le Premier ministre d’Alassane Ouattara, Guillaume Soro, ainsi que le patron de l’Onuci, Choi Young-jin et les representants en Côte d’Ivoire de l’Union africaine (le Burundais Ambroise Niyonsaba) et de la Cedeao (le Guinéen Abraham Doukouré).

Obasanjo a déjà été médiateur à la fois de l’UA et de la Cedeao dans la crise ivoirienne entre 2004 et 2006. Il fait partie des personnalités que Gbagbo respecte, et devait dire à ce dernier que sa proposition de recomptage des voix n’est pas réaliste et ne pourra faire partie des négociations dans les jours à venir. De source diplomatique, on indique que l’objectif de sa mission est de déterminer si l’option d’une intervention militaire contre Gbagbo peut être évitée. Le rapport d’Obasanjo sera déterminant quant à la solution définitive à la crise ivoirienne qui sera employée par la Cedeao.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer