Défense

Kadhafi : « Ben Ali est toujours le président légal de la Tunisie »

Pour Mouammar Kaddafi, il n'y a pas mieux que Ben Ali pour la Tunisie. © AFP

Dans un discours solennel, le chef de l'État libyen Mouammar Kadhafi a fait la leçon au peuple tunisien. Et en fustigeant le changement de régime à Tunis, où le président Ben Ali a été destitué de fait, il a également réussi à faire la promotion de son système de gouvernement. Avis aux amateurs...

C’est un bel exemple de solidarité arabe : dans un discours « à l’adresse du peuple tunisien », diffusé par les médias d’État libyens, Mouammar Kadhafi a désapprouvé de manière très directe le changement de régime chez son voisin de l’Est. « Vous avez subi une grande perte (…) Il n’y a pas mieux que Zine » (El Abidine Ben Ali) pour gouverner la Tunisie », a d’abord déclaré le « Guide », sans avoir peur de passer pour un rabat-joie.

Alors qu’une grande majorité de Tunisiens se réjouissent de l’exil en Arabie saoudite de Ben Ali, Kadhafi n’hésite pas à voler au secours de son ex-homologue en exprimant une nouvelle fois sa conception très particulière de la démocratie. « Je n’espère pas seulement qu’il reste jusqu’à 2014, mais à vie », a-t-il lancé avant d’affirmer : « Ben Ali n’a fait que de bonnes choses pour la Tunisie ». Et de saluer les performances économiques de ce pays. Mais Kadhafi va plus loin encore.

Se substituant à la rue tunisienne, ainsi qu’au Conseil constitutionnel, il affirme que Ben Ali est toujours « le président légal de la Tunisie selon la constitution (…) Le mandat du président doit durer jusqu’à sa fin », en 2014. On attend bien-sûr la réponse du président tunisien par intérim, Fouad Mebazaa

« Pourquoi n’avez-vous pas patienté ? »

Anticipant sans doute les réactions de la population tunisienne, le « Guide » n’a pas hésité à la prendre directement à partie : « Ben Ali vous a dit qu’il quittera le pouvoir, dans trois ans. Pourquoi n’avez-vous pas patienté ? ». Mais l’argument le plus concret, celui qui trouvera sans doute le plus d’écho chez les Tunisiens, est celui de la sécurité des biens.

« La Tunisie, un pays touristique et développé, devient la proie de bandes cagoulées, de vols et d’incendie ». Pour lui, pas d’optimisme : la Tunisie est « dans le chaos, dont on ne voit pas la fin ».

Et enfin, puisqu’il faut trouver des responsables à cette situation, Kadhafi s’en prend de manière aussi subtile qu’originale aux nouveaux moyens de communication. Selon lui le peuple tunisien a été « victime des mensonges » diffusés sur Internet, notamment par WikiLeaks et les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter qui, malgré la censure, ont joué un grand rôle dans les protestations anti-Ben Ali.

Grande complicité avec Ben Ali

Avec ce disours à charge contre la « révolution du jasmin », le Guide libyen voulait-il seulement manifester sa grande complicité avec l’ex-président tunisien ? Pas seulement… Car il a aussi précisé qu’il pourrait comprendre le nombre élevé de morts pendant le soulèvement « si le peuple tunisien défendait une cause juste qui est le pouvoir du peuple » – comprendre le modèle de « démocratie directe » instauré en Libye, où des congrès populaires se réunissent chaque année pour faire remonter au Congrès du peuple (Parlement) des décisions par l’intermédiaire de « comités populaires » élus…

Enfin, l’intervention de Kadhafi s’est achevée par la diffusion de scènes d’émeutes, de pillages et d’incendies à Tunis, sur fond de musique triste et solennelle. Les images émouvantes où l’on voit des Tunisiens fraterniser ne faisaient apparemment pas partie du programme. Le bonheur des uns… (Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte