Économie

Port d’Abidjan : CMA CGM reconnaît la victoire de Bolloré

Exclusif. Dans un courrier adressé au ministre ivoirien des Transports, le transporteur maritime CMA CGM a annoncé son désistement de toutes les actions de contestation contre l’attribution du deuxième terminal à conteneurs d’Abidjan au consortium Bolloré-APMT-Bouygues. Lâchant de facto ses partenaires Necotrans et Movis.

Mis à jour le 10 juillet 2013 à 10:16

CMA CGM (en photo, son siège) est le troisième groupe de transport maritime conteneurisé au monde © CMA CGM

Le feuilleton de la concession du deuxième terminal à conteneurs du Port Autonome d’Abidjan (TC2) au consortium mené par le groupe français Bolloré Africa Logistics a connu un nouveau rebondissement hier. De sources gouvernementales ivoiriennes, Rodolphe Saadé, le directeur général délégué du transporteur maritime français CMA CGM, a transmis le 9 juillet un courrier à Gaoussou Touré, le ministre ivoirien des Transports. Dans ce document, dont Jeune Afrique n’a pu avoir copie mais dont l’existence et le contenu sont confirmés par plusieurs témoins, le groupe reconnait de facto la victoire de Bolloré Africa Logistics sur le TC2.
 
« Rodolphe Saadé, l’un des patrons de CMA CGM, a saisi le gouvernement pour se désister de toutes les actions de contestations de l’attribution du TC2 et les recours administratifs et judiciaires en cours », a confié à Jeune Afrique un membre du gouvernement ivoirien qui a requis l’anonymat.

Les procédures continuent

Gaoussou Touré devrait informer l’ensemble des membres du gouvernement de ce revirement mercredi 10 juillet au cours de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres. Dans le cadre de la procédure d’appel d’offres pour la concession du TC2, CMA CGM était allié notamment à Necotrans et à Movis. Du côté de ces deux intervenants, on insiste sur le fait que le retrait de CMA CGM n’entamera pas leur détermination. « Cette action ne mettra pas fin aux procédures en cours, car tout cela relève de l’ordre public. Le dossier ira jusqu’à son terme devant les instances de l’UEMOA. Nous suspectons de CMA CGM d’avoir conclu un accord secret avec Bolloré » révèle une source proche du dossier.

Du côté de l’armateur français, on fait profil bas et décline tout commentaire sur l’évolution de ce dossier qui envenimait les rapports entre CMA CGM et l’Etat ivoirien. Les équipes de Bolloré n’étaient quand à elles pas immédiatement joignables. CMA CGM et Bolloré sont alliés commercialement sur le continent depuis la reprise fin 2005 par le premier de la compagnie maritime Delmas appartenant au second. 

Le 21 juin, malgré la polémique, le consortium vainqueur (Bolloré Africa Logistics, APMT et Bouygues) était parvenu à un accord avec l’Etat ivoirien sur la finalisation des termes de la convention de concession du TC2 du port d’Abidjan. La commission de la concurrence de l’UEMOA, saisie par le consortium auquel appartient CMA CGM, continue son enquête sur les conditions d’attribution et la question de la position dominante de Bolloré Africa Logistics sur le port ivoirien, où il gérait déjà le premier terminal à conteneurs.