BTP & Infrastructures

Train urbain d’Abidjan : les consortiums trouvent un terrain d’entente

| Par Jeune Afrique
Le projet utilisera les infrastructures de Sitarail.

Le projet utilisera les infrastructures de Sitarail. © Gbekide Barnus/Panapress/MAXPPP

Le canadien Bombardier et son allié sud-coréen Samsung d’une part, les français Alstom, Bouygues et Systra d’autre part, se sont mis d’accord pour former un seul et unique consortium pour l’exécution du train urbain d’Abidjan.

La bataille n’aura pas lieu. Les deux consortiums en lice dans l’appel d’offres international pour la réalisation et l’exploitation du train urbain d’Abidjan, lancé en février, ont trouvé un terrain d’entente. Le canadien Bombardier et son allié sud-coréen Samsung d’une part, les français Alstom, Bouygues et Systra d’autre part, se sont mis d’accord pour former un seul et unique consortium pour l’exécution du marché. D’abord réticent, Bombardier s’est finalement converti à cette idée.

Derniers réglages

Et fin juin, une délégation conduite par Maroun Hobeika, directeur de DTP Terrassement (groupe Bouygues), s’est rendue à Abidjan pour peaufiner les derniers réglages avec l’État ivoirien. Le projet devrait utiliser les infrastructures ferroviaires de Sitarail, filiale de Bolloré Africa Logistics, et permettra de transporter quotidiennement 250 000 passagers. Le cabinet d’études et d’ingénierie sud-coréen Dong San Engineering, qui a monté une filiale ivoirienne en mai, devrait également être associé au projet.

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : deux consortiums en lice pour le train urbain d’Abidjan
Côte d’Ivoire : Bolloré investira 50 millions d’euros

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer