Banque

Le secteur bancaire ivoirien fait les frais de la rivalité Gbagbo-Ouattara

Les forces pro-Gbagbo réquisitionnent physiquement les fonctionnaires de la BCEAO à Abidjan.

Les forces pro-Gbagbo réquisitionnent physiquement les fonctionnaires de la BCEAO à Abidjan. © D.R.

Après que le camp Gbagbo a réquisitionné les bureaux de la BCEAO en Côte d’Ivoire, Ouattara a annoncé leur fermeture. Ce qui a eu pour effet de bloquer le système de sécurisation des opérations bancaires avec lequel les agences travaillent à Abidjan, provoquant une belle pagaille dans le secteur.

Après la guerre diplomatique, voici venue celle des banques. Pour contrer l’ordre de fermeture des bureaux de la BCEAO émanant du président élu Alassane Dramane Ouattara (ADO), le chef de l’État sortant, Laurent Gbagbo, a ordonné la réquisition physique du personnel ivoirien de l’agence nationale de la BCEAO.

Une décision qui a plombé l’activité bancaire en Côte d’Ivoire, mercredi. Car la BCEAO, dont le gouverneur n’est plus acquis au camp Gbagbo, a procédé depuis son siège de Dakar au blocage informatique de la chambre de télé-compensation interbancaire de son agence locale. Un système qui permet aux banques et établissements financiers de traiter informatiquement de manière sécurisée leurs opérations.

Augmentation du risque bancaire

Conséquence : de nombreuses banques en Côte d’Ivoire ont été paralysées toute la journée. Une situation qui accroît le risque bancaire dans le pays, les opérations n’étant plus suffisamment sécurisées. « On ne peut pas travailler, tout est bloqué, on n’a pu faire aucune opération de compensation. Nous pourrions les faire manuellement, si ça continue, mais ce serait à nos risques et périls », relève un haut cadre d’une banque internationale.

L’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APBFCI) s’est réunie l’après-midi pour analyser la situation. Tandis qu’au siège national de la banque centrale, le dispositif sécuritaire était renforcé par la présence de plusieurs blindés des Forces de défense et de sécurité (FDS), acquises à Laurent Gbagbo. Le combat Gbagbo-ADO n’a pas fini de surprendre les Ivoiriens.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte