Politique

La santé de Nelson Mandela suscite l’inquiétude des Sud-Africains

| Par Jeune Afrique
Nelson Mandela ne fait presque plus d'apparitions publiques.

Nelson Mandela ne fait presque plus d'apparitions publiques. © AFP

Nelson Mandela est resté hospitalisé ces deux dernières nuits pour une raison inconnue. Âgé de 92 ans, il subit des examens médicaux de routine, selon sa fondation. Un de ses proches explique cependant qu’il est très malade, mais pas mourrant.

Officiellement, il ne s’agissait que d’« examens de routine ». Mais quand on s’appelle Nelson Mandela, qu’on a 92 ans, et qu’on est une icône mondiale, le moindre rhume peut vite paraître inquiétant. D’autant que le séjour à l’hôpital du tombeur de l’apartheid se prolonge.

Hospitalisé mercredi, Madiba a passé deux nuits dans la clinique de Milpark, à Johannesburg. Dans un communiqué, le Congrès national africain (ANC) a indiqué qu’il passait un « check-up de routine ». « On s’occupe bien de lui à l’hôpital. […] Nous appelons tous les Sud-Africains à rester calmes et à ne pas céder à la panique, parce qu’il n’y a aucune raison de le faire », a ajouté le parti du premier président noir d’Afrique du Sud, expliquant : « Madiba a 92 ans et n’est plus un jeune homme (…) On s’occupe bien de lui à l’hôpital ».

« Il n’est pas en danger et il a un bon moral », avait assuré quant à elle la Fondation Mandela dans un court communiqué mercredi après-midi. Selon le quotidien The Star, Madiba a été examiné par un pneumologue, Michael Plit.

Témoignages de soutien

Mais ce qui inquiète le plus… c’est l’inquiétude des Sud-Africains et des proches de Mandela. « Le vieil homme est très malade mais il n’est pas en danger » de mort, a indiqué jeudi soir à l’AFP une source proche du Prix Nobel. « Il n’est toujours pas rétabli mais nous nous attendons à ce qu’il sorte demain (vendredi) de l’hôpital ».

Jeudi matin, la police contrôlait strictement les accès de l’hôpital devant lequel des dizaines de journalistes guettaient la moindre nouvelle. Des dessins colorés d’enfants et des messages lui souhaitant un bon rétablissement étaient accrochés à la clôture. « Madiba, nous t’aimons », proclamait une large banderole affichée à la fenêtre d’une école située à côté de l’hôpital.

L’ex-femme de Madiba, Winnie Madikizela-Mandela, s’est rendue à son chevet en fin de matinée et n’a fait aucun commentaire. Auparavant, l’assistante personnelle de Nelson Mandela, Zelda La Grange, et la fille de sa troisième épouse Graça Machel, Josina, étaient également entrées dans le bâtiment. La veille encore, plusieurs membres de la famille ont rendu visite à « Tata [grand-père, NDLR] Madiba ».

L’actuel président Jacob Zuma a de son côté appelé « au calme et à la retenue », dans un communiqué transmis depuis Davos où il se trouve pour le Forum économique mondial. « La président Mandela va bien et est pris en charge par une équipe de spécialistes médicaux », a-t-il ajouté.


Des élèves d’une école proche de l’hôpital Milpark où est hospitalisé Nelson Mandela accrochent des dessins et messages pour l’ancien président, le 27 janvier 2011 à Johannesburg.
© AFP

Silence radio

Depuis son retrait de la vie politique en 2001, il a progressivement raréfié ses apparitions publiques. Très frêle, il a tout de même assisté à la cérémonie de clôture du Mondial 2010 de football, le 11 juillet 2010 à Johannesburg, après avoir longuement hésité. En octobre, un ouvrage compilant des documents personnels, intitulé Conversations avec moi-même a été publié dans une vingtaine de pays. Mais Madiba n’a pas participé à la campagne promotionnelle. Et, un mois plus tard, sa fondation a exhorté ses admirateurs à ne plus tenter de le contacter.

Les inquiétudes sur la santé de Madiba se diffusent aussi sur internet, où les messages de solidarité affluent. « Seigneur, protège Mandela, le monde n’est pas prêt à le perdre », pouvait-on lire sur Twitter, où certains internautes se plaignent du manque d’informations. « Je ne comprends pas ce silence… Pourquoi n’y a-t-il pas plus de transparence sur un sujet aussi important ? », se plaignait un utilisateur du réseau social. (Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte