Bourse

Égypte : coupure d’internet et arrestations pour commencer une journée de mobilisation décisive

| Par
Forces de l'ordre le 27 janvier 2011 à Suez.

Forces de l'ordre le 27 janvier 2011 à Suez. © AFP

Internet a été coupé en Égypte vendredi matin avant une journée de manifestations décisive pour la suite du mouvement contre le régime. Les Frères musulmans, qui doivent se joindre aux cortèges, ont subi des arrestations. Les autorités ont été contraintes de suspendre le cours de la Bourse égyptienne après un plongeon vertigineux jeudi tandis que le ministère de l’Intérieur a annoncé des « mesures décisives » contre les manifestants.

Le régime d’Hosni Moubarak cèderait-il à la panique ? Vendredi, à l’aube d’une journée de mobilisation sans doute décisive pour l’avenir du mouvement de contestation contre lui, les Égyptiens se sont rendus compte que l’accès à internet avait été entièrement coupé.

Plusieurs sources, notamment de grands hôtels du Caire, ont confirmé l’information.

Cette décision intervient alors que le « Mouvement du 6 avril », qui mène la contestation du régime d’Hosni Moubarak dans les rues, avait lancé un grand appel à la manifestation après la grande prière du vendredi.

Face à un mouvement qui utilise massivement le Net et les réseaux sociaux pour s’organiser, les autorités s’étaient jusque-là contentées de bloquer certains sites internet, tandis que d’autres connaissaient des perturbations.

Vingt membres des Frères musulmans, le puissant mouvement islamiste égyptien qui avait annoncé sa participation au mouvement de ce vendredi, ont en outre été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi d’après l’avocat de l’organisation, Abdelmoneim Abdel Maqsoud.

Depuis le début des manifestations mardi, les Frères musulmans les avaient appuyées du bout des lèvres laissant à leurs membres le choix d’y participer.

El-Baradei prêt à mener la transition

Par ailleurs, Mohamed el-Baradei, qui fait figure d’opposant le plus crédible à Hosni Moubarak, est arrivé en Égypte jeudi soir après un séjour en Europe pour prendre part aux manifestations. « Je suis ici avec l’espoir de continuer à travailler pour un changement ordonné et pacifique », a-t-il déclaré à son arrivée à l’aéroport.

Le pouvoir doit arrêter l’exercice « de la violence, des détentions et de la torture », a-t-il déclaré. « Si la population veut que je mène la transition, alors je ne la décevrais pas », avait-il déclaré à Vienne avant son départ.

Attaques à la roquette

Le régime d’Hosni Moubarak doit faire face à des manifestations sans précédent qui ont fait sept morts et entraîné un millier d’arrestations depuis mardi.

Jeudi, à Cheikh Zouwayed (nord du Sinaï) le niveau de violence a encore augmenté avec des échanges de tirs entre des bédouins armés et les forces de sécurité. D’après des témoins, la police a été prise pour cible par des tirs de roquettes antichars de type RPG jeudi soir, sans être touchée.

En réaction aux protestations, la Bourse du Caire a fortement dévissé (plus de 10 %) jeudi, ce qui l’a contrainte à une suspension provisoire. Mercredi, le principal indice EGX 30 avait chuté de 6 %.

Le ministère de l’Intérieur a pour sa part averti qu’il allait prendre « des mesures décisives » contre ceux qui comptent prendre part aux manifestations, toujours interdites, ce vendredi. Dès les premières heures de la journée, la police a quadrillé les rues du Caire et était postée dans les endroits stratégiques de la capitale. (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte