Archives

Les évêques d’Afrique du Nord saluent le désir de démocratie des jeunes du Maghreb

Les évêques catholiques d’Afrique du Nord ont tenu leur réunion annuelle, du 29 janvier au 2 février, à Alger. Ils ont longuement parlé des événements qui bouleversent la Tunisie et l’Égypte.

Par - Cécile Manciaux
Mis à jour le 7 février 2011 à 00:20

Une vingtaine de personnalités religieuses, en particulier neuf évêques d’Algérie, du Maroc, de Tunisie et de Libye (dont les diocèses rassemblent au total 200 000 catholiques) étaient réunies dans le cadre de la Conférence épiscopale annuelle des régions d’Afrique du Nord (Cerna), qui s’est tenue à Alger du 29 janvier au 2 février. Au cœur des échanges, qui se sont déroulés à huis clos : les évènements qui secouent la Tunisie et l’Égypte, la situation des migrants clandestins, les relations avec les musulmans et le déficit de renouvellement des prêtres.

Plus d’espoirs que d’inquiétude

Dans un texte publié à l’issue de la Conférence et signé par l’archevêque de Rabat Mgr Vincent Landel, président de la Cerna, les évêques d’Algérie, du Maroc, de Tunisie et de Libye ont tenu à souligner que les évènements qui « bouleversent actuellement la Tunisie, l’Égypte [sont] une revendication de liberté et de dignité, notamment de la part des jeunes générations de notre région, qui se traduit en volonté que tous soient reconnus comme citoyens, et citoyens responsables ».

Le 3 février, s’exprimant sur Radio Vatican, l’archevêque de Tunis, Mgr Maroun Elias Lahham, a précisé que, pour les évêques d’Afrique du Nord, l’actualité suscite « plutôt des espoirs que de l’inquiétude. De l’inquiétude, il y en a toujours un peu, parce que nous assistons désormais à des tentatives de démocratie auxquelles le monde arabe n’était pas habitué. Mais on a beaucoup d’espoirs, du fait que ces révolutions ont été faites par des jeunes. Notre rôle sera de les accompagner, de leur faire sentir notre appui, notre sympathie. Et peut-être, aussi, d’être leurs porte-parole auprès des pays occidentaux. »

Pas de discrimination des chrétiens au Maghreb…

Au cours de leur rencontre algéroise, les évêques ont aussi insisté sur les « liens d’amitié » entre musulmans et chrétiens dans les pays du Maghreb et déclarent s’engager pour un renforcement de la liberté religieuse et des droits civiques, considérant qu’ils sont la garantie d’un respect complet et réciproque et prendront une place croissante dans les dialogues entre croyants musulmans et chrétiens. Quant à la question de la discrimination des chrétiens, si elle a été abordée lors de la Cerna, « il faut d’abord souligner qu’il n’y a vraiment pas de problèmes, dans les pays du Maghreb, de persécution des chrétiens, qui, pour la plupart, font partie des anciennes minorités étrangères, explique Mgr Lahham. En revanche, nous avons parlé de la souffrance des chrétiens des pays d’Orient et du Moyen-Orient… »

Dans son document final, évoquant le déficit du renouvellement des prêtres, le Cerna a cependant tenu à souligner les difficultés rencontrées par ces derniers et, plus généralement, par les religieux et religieuses, à obtenir des visas dans certains pays du Maghreb, où « les procédures peuvent parfois prendre plus de six mois », commente l’archevêque de Tunis.

Enfin, les membres du Cerna ont échangé sur la situation « souvent dramatique des migrants clandestins » dans leurs pays respectifs et de ceux qui tentent de rejoindre l’Europe « souvent dans des conditions dangereuses ». L’archevêque de Tunis a explique à cet égard que, outre l’assistance apportée par la communauté catholique à ces derniers, notamment via Caritas, il s’agit aussi de « dénoncer les politiques d’exclusion et les mesures prises par certains gouvernements de la rive Sud et de la rive Nord de la Méditerranée, qui portent sur ces migrants des jugements qui n’ont rien d’humain ».

En marge de la Conférence, les responsables religieux se sont rendus au monastère de Tibéhirine, à une centaine de km au sud d’Alger, où sept moines ont été enlevés par des islamistes et assassinés en 1996. Le 2 février au soir, les évêques ont par ailleurs inauguré la Basilique Notre-Dame d’Afrique, dont les travaux de rénovation ont été achevés en décembre dernier. La prochaine réunion de la Cerna aura lieu à Tunis du 12 au 17 novembre 2011.