Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : la bombe WikiLeaks»

Voir tout le sommaire
Politique

RDC – WikiLeaks : le portrait (pas toujours flatteur) de Vital Kamerhe par Washington

Vital Kamerhe n'est pas épargné par l'ambassadeur américain à Kinshasa.

Vital Kamerhe n'est pas épargné par l'ambassadeur américain à Kinshasa. © Vincent Fournier/J.A.

Vital Kamerhe, aujourd’hui candidat à l’élection présidentielle congolaise, a été selon l’ancien ambassadeur des États-Unis en RDC, certes, « un leader parlementaire impartial » et apprécié des diplomates étrangers, mais aussi doté d’une « ambition aveugle » qui « altère son jugement ».

Comme il l’a clamé sur RFI lundi, Vital Kamerhe, qui avait été forcé de démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale congolaise en mars 2009, est bien une « victime » des manœuvres du président Joseph Kabila, selon un câble diplomatique américain recueilli par WikiLeaks. Mais il est lui-même écorché par le texte rédigé par l’ambassadeur des États-Unis d’alors, William Garvelink.

Aujourd’hui l’un des candidats à la présidentielle de novembre prochain les plus sérieux de l’opposition, il est en effet décrit comme un ambitieux, prêt à tout pour prendre le pouvoir.

Démocrate mais…

William Garvelink rend certes hommage à sa « considérable popularité parmi les autres membres du corps législatif ». « Kamerhe est reconnu comme un champion dynamique des prérogatives de l’Assemblée nationale telles que prévues par la Constitution et un leader parlementaire impartial qui s’assure que les droits de l’opposition à s’exprimer soient respectés », note l’ambassadeur.

Kamerhe a lui-même « fréquemment exprimé des désaccords avec la politique du président », rappelle Garvelink.

Mais le diplomate se fait ensuite plus incisif. « Bien que Kamerhe ait pris soin de se bâtir une image positive dans les cercles politiques congolais et pour beaucoup d’observateurs étrangers, sa réputation de leader modernisateur et honnête n’est peut-être complètement pas en accord avec la réalité, écrit-il. Les contacts avec lesquels nous avons parlé affirment que son ambition aveugle de devenir un jour président altère son jugement. »

« Il est soupçonné d’avoir bloqué les enquêtes sur des accusations selon lesquelles il avait détourné des sommes d’argent considérables en tant que président de l’Assemblée nationale », poursuit William Garvelink.

Kamerhe et la guerre à l’Est

Plus grave, mais non prouvé, comme le signale l’ambassadeur lui-même, ses ennemis l’accusent « d’attiser le feu du conflit dans les provinces déchirées par la guerre du Nord et du Sud Kivu [natif du Sud-Kivu, il a une grande influence dans l’Est du Congo] pour tenter d’affaiblir le président Kabila ».

L’ambassadeur écrit ensuite une phrase pour le moins étonnante : « D’après une source, il a même acheminé de l’argent au général rebelle Laurent Kabila [sic] pour tenter de perturber Kabila. » Il est probable que le texte faisait en réalité référence au chef rebelle congolais Laurent Nkunda, qui luttait contre l’armée régulière congolaise (FARDC). Au moment où le câble est rédigé, Nkunda vient d’être arrêté par les Rwandais qui opèrent un spectaculaire retournement d’alliance, se rapprochant des FARDC pour combattre les rebelles de la région.

Vital Kamerhe s’était publiquement opposé à l’alliance rwando-congolaise, et cette prise de position rend un éventuel soutien à Laurent Nkunda peu crédible : le chef rebelle était justement proche de l’armée rwandaise jusqu’à ce revirement.

Le câble montre par ailleurs très bien comment les diplomates occidentaux à Kinshasa se réunissent régulièrement pour accorder leurs violons sur la situation intérieure congolaise. Lors de ces rencontres où ils recoupent les propos tenus par Vital Kamerhe à ses différents interlocuteurs, Garvelink et ses homologues croient pouvoir déceler qu’il « a clairement tenté de manipuler les ambassadeurs étrangers à son avantage ».

Lire les autres articles du dossier

«Afrique : la bombe WikiLeaks»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte