Défense

Un jeune Marocain décède après s’être immolé par le feu

| Par Jeune Afrique
Des manifestants devant le Parlement marocain, le 12 janvier 2011 à Rabat.

Des manifestants devant le Parlement marocain, le 12 janvier 2011 à Rabat. © AFP

C’est le premier cas récent de décès par immolation au Maroc. Mourad Raho, qui avait été licencié de l’armée, est mort de ses brûlures après s’être transformé en torche humaine jeudi dernier à Benguerir.

La vague d’immolation au Maghreb n’en finit pas de faire des victimes. Après le décès d’un Algérien, vendredi, c’est au tour d’un jeune Marocain de succomber à ses brûlures. Il s’agit du premier cas de décès dans le royaume cette année suite à un suicide par le feu.

Le jeune homme de 26 ans, Mourad Raho, qui avait été licencié de l’armée, s’était immolé jeudi dernier à Benguerir (centre du Maroc) pour protester contre ses conditions de vie, selon le quotidien Akhbar al-Yaoum. Un site local, Rhamna.org, a précisé que le jeune homme touchait très peu d’argent depuis qu’il avait été licencié de l’armée en juillet 2010 et qu’il était très déprimé.

Quatre tentatives en un mois

« Il s’est aspergé de cinq litres d’essence avant de s’immoler par le feu à l’intérieur du souk hebdomadaire de Benguerir. Et il est mort à l’hôpital », a confirmé Mohammed Hanafi, l’un des représentants locaux de l’Association marocaine des droits humains (AMDH). Avant ce suicide, quatre tentatives d’immolation par le feu avaient eu lieu au Maroc depuis un mois mais aucun décès n’avait été signalé. Les autorités précisent que deux d’entre elles étaient dues à des problèmes psychiatriques ou d’héritage. (Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte