Dossier

Cet article est issu du dossier «Qui sont les nouvelles stars de la vie politique tunisienne ?»

Voir tout le sommaire
Médias

Qui sont les nouvelles stars de la vie politique tunisienne ?

Les premières élections libres tunisiennes avaient lieu il y a deux ans. Qu'est-ce qui a changé ? © Jeune Afrique

Issus de la société civile, de la classe politique ou du monde des médias, ils auront marqué, par leur action ou par leur influence, la transition démocratique amorcée au lendemain de l'élection de la Constituante, il y a tout juste deux ans.

Tunis, 23 octobre 2011. Premières véritables élections libres et pluralistes (c’est le moins que l’on puisse dire…) et premières images de cet événement historique, à l’échelle nationale comme à celle du monde arabe. Un doigt bleui par l’encre des tampons. Les files d’attente, dans une ambiance bon enfant, devant les bureaux de vote. L’enthousiasme général, malgré l’inquiétude qui rythme la vie du pays depuis la chute de Ben Ali, les poussées de fièvre, une situation socio-économique précaire, la guerre libyenne et une forte propension à la division. La majorité des Tunisiens, responsables politiques comme citoyens, a accompli son devoir sagement et ainsi montré l’exemple. Les héros sont heureux.

Un blocage à tous les étages depuis deux ans

Tunis, fin octobre 2013. Deux ans de plus pour le "laboratoire" tunisien, qui n’a visiblement guère progressé dans ses expériences. Toujours pas de Constitution, même si on l’annonce imminente chaque jour qui passe, blocages à tous les étages (gouvernement, administration, justice, médias, etc.), économie exsangue, assassinats politiques, extrémistes religieux qui se croient tout permis, confusion générale et amertume. Les héros sont fatigués…

Malgré tout, durant ces deux ans, la Tunisie n’est pas restée inerte. Politiquement, beaucoup de choses ont changé. Le rapport des forces n’est plus le même, les plus faibles ont disparu et Nida Tounes est apparu, contrebalançant la suprématie des islamistes d’Ennahdha. Certains caciques supposés de l’opposition, nimbés d’une gloire acquise face à Ben Ali, ont, telle la grenouille, explosé. On ne fait pas du neuf avec du vieux ? L’adage se vérifie en partie en Tunisie tant l’identité des "nouvelles stars" de la scène nationale peut surprendre. La plupart échappent d’ailleurs à la sphère des partis. Comme dirait un ancien Premier ministre, "les Tunisiens ont changé, c’est ce que n’ont pas compris leurs hommes (et femmes) politiques".

Société civile :

Politique :

Médias :

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte