Politique

Libération des six militants de « Cameroun O’ Bosso »

Kah Walla, candidate à la présidentielle, dont les militants étaient en détention. © Reuters

Ils avaient été arrêtés dans des conditions qui laissaient craindre pour leur sécurité, selon leurs proches. Placés en garde à vue depuis le 23 février, les six opposants  de "Cameroun O' Bosso" ont finalement été libérés ce vendredi après-midi.

Six militants du mouvement Cameroun O’ Bosso de l’activiste Kah Walla (seule femme candidate déclarée à la présidentielle d’octobre) qui étaient en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Mboppi, à Douala, sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre eux, ont été finalement libérés.

Moise Dinamou, Raphael Dorksidi, Franck Ekwa Essi, Bazai Dadina, Joseph Njengoue Kameni et David Mbondo ont été arrêtés le 23 février, en marge d’une série de manifestations à l’appel de l’opposition, qui entendait honorer les martyrs des émeutes de la faim de 2008 et réclamer des élections libres et transparentes.

Les dirigeants de Cameroun O’ Bosso se disaient particulièrement inquiets, redoutant de voir leurs collègues disparaître sans laisser de trace. Aucune main courante n’avait signalé leur interpellation. Ils n’ont apparemment pas été malmenés.
 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte