Politique

Démission du Premier ministre égyptien Ahmed Chafiq

| Par
L’ex-Premier ministre Ahmed Chafiq lors d’une allocution télévisée, le 3 février 2011 au Caire.

L'ex-Premier ministre Ahmed Chafiq lors d'une allocution télévisée, le 3 février 2011 au Caire. © AFP

Le Premier ministre égyptien Ahmed Chafiq, resté en poste après le départ du président Hosni Moubarak, a démissionné. Le Conseil suprême des forces armées, qui gère le pays depuis le début de la transition, a nommé l’ancien ministre Essam Charaf pour le remplacer.

Ahmed Chafiq jette l’éponge. Le Premier ministre égyptien, qui avait survécu au président démissionnaire Hosni Moubarak, a quitté son poste, selon un communiqué du Conseil suprême des forces armées.

Ce Conseil, composé de militaires et qui gère le pays depuis le départ du raïs, a nommé un ancien ministre des Transports, Essam Charaf, pour le remplacer. Charaf était dans l’équipe gouvernementale jusqu’en 2006, avant d’être professeur d’université au Caire. En qualité Premier ministre égyptien, il est chargé de former un nouveau gouvernement.

Les derniers hommes de Moubarak

Ahmed Chafiq avait été nommé Premier ministre par Hosni Moubarak quelques jours avant son départ le 11 février, pour tenter de faire retomber la pression des manifestants. Lui-même un ancien militaire, il s’était illustré par sa fermeté affichée à l’endroit des contre-manifestants (pro-Moubarak) après l’attaque du rassemblement des protestataires sur la place Al-Tahrir, épicentre de la révolution égyptienne.

Plusieurs groupes politiques, dont les Frères musulmans, avaient appelé à sa démission ainsi que celle de son gouvernement, dont les postes clés étaient occupés par des hommes nommés par Hosni Moubarak. (avec agences)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer