Politique

Six femmes tuées lors d’un rassemblement à Abobo

Le quartier d'Abobo à Abidjan, le 2 mars 2011. © AFP

Abobo a connu un nouvel épisode de violences au cours duquel six femmes, qui manifestaient en faveur d’Alassane Ouattara, ont été abattues par les forces pro-Gbagbo.

Mis à jour à 17h30

Six morts au moins, et de nombreux blessés, estiment les témoins de la scène. Jeudi 3 mars dans la matinée, une manifestation de femmes se tenait dans le quartier abidjanais d’Abobo. Plusieurs centaines d’entre elles étaient réunies pour protester contre le régime du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo.

« Gbagbo, dégage ! », « On ne veut pas de Gbagbo », « Alassane [Ouattara] président », scandaient-elles lorsqu’ont débarqué les Forces de défense et de sécurité (FDS, fidèles à Laurent Gbagbo).

« Leur blindé s’est approché du regroupement et a ouvert le feu », a rapporté un habitant, qui précise que « six femmes ont été tuées sur le champ ».

Il y a eu « beaucoup de blessés », certains par balles et d’autres victimes de la bousculade qui a suivi les tirs, ont précisé des témoins.

Ces nouvelles victimes viennent s’ajouter au bilan de la semaine écoulée communiqué par la mission onusienne en Côte d’Ivoire. L’Onuci estimait à 50 le nombre de personnes tuées ces sept derniers jours. Parmi elles, 26 ont trouvé la mort à Abidjan, où des combats ont eu lieu notamment dans le quartier d’Abobo.

L’Onuci a recensé 365 victimes au total depuis la mi-décembre.

Escalade de la violence à Abobo

Le quartier d’Abobo, réputé pro-Ouattara, avait été le théâtre de violents affrontements la semaine dernière mettant pendant plusieurs jours les FDS aux prises avec un mystérieux « commando invisible ». La population avait largement déserté la zone pour se mettre en sécurité.

Le calme semblait de nouveau régner sur la ville depuis dimanche, mais les Nations unies ont dit redouter une escalade de la violence dans le pays, instable depuis le début de la crise ivoirienne née de la présidentielle de novembre 2010.

Les Casques bleus ont eux-mêmes été visés par des attaques des pro-Gbagbo ces jours-ci. (Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte