Politique

Curieuse suspension de Twitter via SMS au Cameroun

La décision de suspension semble avoir une portée très limitée. © Reuters

La société de télécommunication MTN Cameroun a suspendu son service permettant d’utiliser Twitter via SMS. Pour le réseau social américain, le gouvernement camerounais est à l’origine de cette décision qui aura vraisemblablement un effet très limité.

Le gouvernement du Cameroun aurait-il peur des cyber-militants ? La suspension par MTN du service de microblogging Twitter par SMS peut le laisser penser.

Ce service, qui permet de poster des messages sur le site sans accès à internet, a été arrêté le 7 mars, comme MTN Cameroun l’a annoncé sur Twitter sans toutefois fournir d’explications.

Le lendemain, le réseau social américain a affirmé que c’est le gouvernement camerounais qui avait pris cette décision.

Non-affaire

Interrogé par jeuneafrique.com sur la responsabilité du gouvernement dans cette décision, le premier opérateur de mobile du pays nous a paru gêné. « Nous ne répondons pas à cette question, a déclaré Melvin Akam, le responsable de la cellule communication de MTN Cameroun. On est en train de parler d’une affaire qui n’existe pas. »

De fait, cette décision est étrange d’un point de vue politique car son efficacité paraît plus que limitée.

Twitter n’est pas connu pour être particulièrement développé au Cameroun. Facebook, le premier réseau social en ligne du monde, loin devant Twitter, n’y compte qu’environ 300 000 utilisateurs (moins de 2% de la population).

Mais surtout, l’utilisation de Twitter via SMS est loin d’être la plus courante.

« Ce service ne concernait pas plus d’une cinquantaine d’usagers », minimise ainsi Melvin Akam.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte