Culture

Le Salon du livre de Paris rend hommage à Édouard Glissant

L’hommage à Édouard Glissant et les rencontres avec les écrivains nordiques seront les moments forts du Salon du livre de Paris 2011, qui ouvre ses portes le 18 mars. Un événement qui a dû se remettre en question sous la pression des éditeurs.

Par
Mis à jour le 16 mars 2011 à 09:45

Le Salon du livre de Paris 2011 va rendre hommage au poète et écrivain martiniquais. © AFP

Du 18 au 21 mars, Paris accueille l’édition 2011 du Salon du livre. Traditionnellement, cette manifestation française consacrée au livre et à la littérature est inaugurée par le ministre de la Culture, la veille au soir de l’ouverture du salon au grand public.

Le 31e salon qui met à l’honneur les lettres nordiques ne dérogera pas à la règle. Particularité de cette année, l’inauguration solennelle sera couplée avec un hommage à Édouard Glissant, grande figure des lettres françaises, décédé le 3 février 2011. Cet événement sera organisé par les éditions Galaade [voir ici l’interview de leur directrice Emmanuelle Collas] en présence de poètes, journalistes, artistes qui ont connu de près le Martiniquais et ont été marqués par sa vision du « tout-monde ».

Réformes

La chute de la fréquentation du Salon du livre de Paris au cours des dernières années et la fronde des éditeurs, qui se sont plaint à la fois de l’insuffisante professionnalisation de la manifestation et du coût « exorbitant » de la participation, avaient laissé croire que le Salon était en danger.

Mais la suppression pure et simple du Salon était impensable compte tenu de l’image culturelle de la Ville lumière. Il a alors été question de la biannualisation de la rencontre et de sa réinstallation au Grand Palais, dont la superficie au sol est le quart de celle du Parc des expositions de la porte de Versailles, où le raout annuel des hommes de livres français et francophones a pris ses quartiers depuis quelques années.

Finalement, il n’en a été rien. Le Salon est maintenu à son rythme annuel à la porte de Versailles. En revanche, sa durée est ramenée à quatre jours au lieu de six. Le coût des stands a également été réduit de près de 17 %, pour soulager le budget des exposants et attirer de nouveaux professionnels.

La professionnalisation va de pair avec l’internationalisation qui a toujours été l’un des axes majeurs du Salon du livre de Paris. Conformément à cette orientation, les organisateurs ont invité cette année une quarantaine d’auteurs nordiques pour faire découvrir au public français le dynamisme des littératures de l’Europe du Nord (Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède). Vitalité illustrée par le succès d’estime et de librairie d’un Henning Mankell, créateur de la célèbre série Wallander, ou d’une Sofi Oskanen, prix Femina étranger 2010.

Année des Outre-mer

Les débats organisés avec les auteurs invités au Salon ont pour but d’attirer l’attention aussi sur la diversité des genres éditoriaux nordiques, allant des polars à la poésie, en passant par les romans, livres jeunesse et BD.

L’Afrique et l’Outre-mer seront aussi massivement présentes à cette 31e édition du Salon du livre de Paris, qui est partie prenante de la manifestation « 2011, année des Outre-mer ». Et qui accueille à ce titre une large palette d’auteurs et éditeurs ultra-marins, ces « acteurs majeurs du rayonnement de la culture française dans le monde », selon les organisateurs.

Quant aux lettres noires, elles seront représentées par la Librairie du Sud mise en place par l’Institut français (anciennement Cultures France), qui réunit 2 000 titres et une centaine d’auteurs. Tout au long des quatre journées du Salon, Haïti sera à l’honneur au stand de l’Institut français, avec des débats littéraires en présence d’écrivains, et des séances de dédicaces. L’Institut français lancera aussi à cette occasion son livre-CD Afrique du Sud, consacré aux littératures sud-africaines post-apartheid.