Économie

Sécurité aérienne : l’IFC prête 30 millions d’euros à l’Asecna

L’IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a annoncé l’octroi d’un prêt de 30 millions d’euros à l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar.

Par
Mis à jour le 15 juillet 2013 à 15:31

L’International finance corporation (IFC) se penche au chevet de la sécurité aérienne en Afrique subsaharienne. La filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé a octroyé un prêt de 30 millions d’euros à l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) afin de financer une partie de son plan de rénovation, ainsi que l’acquisition de nouvel équipement et la rénovation de ses bâtiments. Ces investissements doivent permettre à l’association professionnelle de continuer à améliorer la qualité de ses services et de maintenir ses résultats en matière de sécurité.

Pour un secteur de l’aviation plus sûr

Lire aussi :

Amadou Ousmane Guitteye, gardien du ciel africain
Sécurité aérienne : la BEI prête 40 millions d’euros

L’Asecna prévoit notamment d’acquérir un nouvel équipement de navigation aéroportuaire, des infrastructures énergétiques et de communication, et de rénover les bâtiments de tour de contrôle dans la majeure partie de ces pays. « Cet accord marque le début d’une coopération entre l’Asecna et l’IFC en vue de soutenir le développement d’un secteur de l’aviation sûr en Afrique subsaharienne », a affirmé Vincent Gouarne, directeur chargé des infrastructures et des ressources naturelles pour le département Industrie mondiale d’IFC.

18 pays membres

Créée en 1959 à la suite d’un accord entre les anciennes colonies françaises en Afrique, l’Asecna est chargée de la conception, de la mise en œuvre et de la gestion des structures et services liés à la transmission de messages et d’informations sur le trafic, du contrôle du trafic aérien, de la prévision et de la communication d’informations météorologiques, des itinéraires, de l’approche et de l’atterrissage des appareils dans les aéroports des pays membres africains.

Elle compte 18 pays membres (le Bénin, la Guinée Bissau, le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, les Comores, le Congo, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale, la France, le Gabon, Madagascar, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo).