Économie

La RDC veut attirer 5,7 milliards de dollars dans l’agriculture

La République démocratique du Congo (RDC) s’apprête à modifier une loi qui limite la participation étrangère dans les projets agricoles. Une décision qui intervient alors que le pays cherche à attirer 5,7 milliards de dollars d’investissement dans le cadre de son plan d’expansion agricole.

Par
Mis à jour le 15 juillet 2013 à 16:20

Mis à jour le 15 juillet 2013 à 17h00 GMT – Réaction de Feronia

Nécessité fait loi. Alors que la République démocratique du Congo (RDC) cherche 5,7 milliards de dollars pour financer son plan d’expansion agricole, qui prévoit une croissance annuelle du secteur de 6%. N’ayant obtenu que 15% de cette somme, le ministère de l’Agriculture a décidé d’assouplir la loi sur la propriété agricole. Cette dernière requiert notamment que les citoyens ou les entreprises congolaises détiennent plus de 50% des projets agricoles. Cette participation pourrait être ramenée à 20%, dans le cadre d’un processus destiné à « rassurer les éventuels investisseurs ».

L’annonce intervient alors que le groupe canadien Feronia, l’un des plus importants propriétaires fonciers du pays, s’inquiétait récemment sur son site internet de savoir si les nouvelles règles envisagées s’appliqueraient à lui. En réaction à la dépêche de Bloomberg, la société affirme sur son site qu’elle n’a pas été en mesure de confirmer l’information auprès des autorités. « Elles ne seront pas rétroactives », a affirmé le ministre de l’Agriculture Jean-Chrysostome Vahamwiti, cité par Bloomberg, ajoutant que « les investisseurs ont besoin de garanties ».

Lire aussi :

RD Congo : Raymond Batanga rêve d’un Brésil africain
RD Congo : comment relancer la machine économique ?
RD Congo : 10,5 millions de dollars pour Feronia

Investissements privés

Selon le  ministre, le programme de développement vise une croissance annuelle de 6% du secteur agricole. Le gouvernement va organiser une conférence en septembre pour aider à attirer davantage d’investissements. « Nous ne voulons pas de prêts, nous recherchons des investissements privés, des personnes qui apportent leur propre capital pour investir dans ce pays », a déclaré le ministre.

L’agriculture représente environ 22% des 15,6 milliards de dollars de PIB annuel du pays, selon les données de la Banque africaine de développement (BAD). La RDC entend faire du secteur agricole le relais de l’industrie minière, dont le potentiel est immense, mais pas « soutenable », pour reprendre les mots du ministre. De même, le gouvernement congolais veut investir dans l’agriculture pour réduire la faim de moitié dans le pays d’ici à 2018, a-t-il expliqué.

Actuellement, la RDC, le plus grand pays d’Afrique sub-saharienne, utilise seulement quelque 10 % de ses plus de 80 millions d’hectares de terres arables, selon la FAO.