Politique

Libye : deux avions de Kadhafi abattus à Benghazi, l’offensive de l’armée sera suspendue dimanche

Mis à jour le 17 mars 2011 à 16:24

Alors qu’elle est en route pour Benghazi, le fief de l’insurrection libyenne, l’armée de Mouammar Kadhafi a annoncé qu’elle allait arrêter ses opérations militaires à partir de dimanche. Les insurgés affirment avoir repoussé un raid aérien sur la ville, en abattant deux avions.

On pensait son avancée contre les insurgés libyens irrésistible. Finalement, l’armée libyenne a annoncé elle-même qu’elle mettrait fin à son assaut contre eux à partir de dimanche.

La raison de cette suspension est, selon l’armée, de « donner une chance [aux insurgés] de remettre leurs armes et qu’ils profitent d’une décision d’amnistie générale », a rapporté l’agence officielle libyenne Jana. La durée de l’arrêt des opérations militaires n’a pas été précisée.

Cette décision tranche avec le discours martial que tient le camp du colonel Kadhafi depuis le début de l’insurrection. Son fils Seif el-Islam avait encore affirmé mardi qu’ « il serait trop tard » pour une intervention de la communauté internationale, estimant que « tout serait terminé » sous « quarante-huit heures » (soit avant ce jeudi soir).

Washington veut une "résolution de poids"

Derrière l’explication officielle, Tripoli cherche peut-être à gagner du temps alors que le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit ce jeudi à New-York pour étudier une résolution portée par la France, le Royaume-Uni et le Liban. Ladite résolution prévoit l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne en Libye pour empêcher les bombardements de l’aviation de Kadhafi.

Mercredi, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a semblé redéfinir la position des États-Unis (jusque-là réticents à propos de la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne) jugeant « urgent » d’agir face à l’avancée des forces de Mouammar Kadhafi et déclarant « espérer » l’adoption dès jeudi à l’ONU de mesures concrètes.

« Il y a eu un changement significatif de la position de la Maison Blanche, a interprété le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague devant son Parlement jeudi. Ils réalisent qu’il faut faire quelque chose allant au-delà de l’isolement [du régime de Kadhafi] et des avertissements lancés par la communauté internationale. »

Jeudi, un haut responsable militaire américain a confirmé que Washington veut obtenir « rapidement » une « résolution de poids » du Conseil de sécurité de l’ONU.

Si les États-Unis ne sont plus un obstacle, tout dépendra encore de l’attitude de la Russie et de la Chine.

Raid aérien des forces loyalistes neutralisé

Sur le terrain, l’insurrection semble en mesure de résister davantage que ce que la rapide conquête de la ville d’Ajdabiya par les troupes de Kadhafi avait laissé anticiper.

Un raid aérien sur la ville de Benghazi semble avoir été repoussé vigoureusement par les insurgés, qui affirment avoir abattu deux avions. « Les forces de Kadhafi ont essayé de mener un raid aérien sur la ville, mais la défense antiaérienne a repoussé l’offensive et a fait tomber deux avions », a indiqué un porte-parole de la rébellion à Benghazi. Cette information a été confirmée par un porte-parole militaire du Conseil national de transition (opposition) ainsi qu’un journal de l’opposition.

D’après Washington, l’armée libyenne se trouvait jeudi après-midi à 160 km de Benghazi et continuait « d’avancer » grâce à leur supériorité militaire. (avec AFP)