Politique

Côte d’Ivoire : Ouattara appelle l’ONU à utiliser la « force légitime »

Ouattara demande la création de couloirs humanitaires pour les civils en Côte d'Ivoire. © AFP

À l'instar de ce qui se passe en Libye, Alassane Ouattara demande à l'ONU une résolution pour autoriser le recours à la force en Côte d'Ivoire et protéger les civils de la guerre civile naissante. Tout en lui permettant d'accéder au pouvoir.

Cette fois la demande est claire, et elle émane d’Alassane Ouattara lui-même. Après que sa porte-parole a réclamé dimanche à l’ONU de « passer à l’action », le président élu officialise sa requête. « Compte tenu de l’ampleur et de l’urgence de la situation […], le gouvernement demande au Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter une résolution pour autoriser le recours immédiat à la force légitime en vue de protéger les populations civiles en danger imminent », indique un communiqué.

Visiblement inspiré par la résolution 1973 de l’ONU qui permet les frappes aériennes en Libye, le gouvernement de M. Ouattara « regrette que l’assistance humanitaire et la protection des populations qu’il a demandées à travers l’Onuci [10 000 hommes, NDLR] ne soient pas une réalité sur le terrain », selon le texte. De fait, près de 440 personnes, en majorité des civils, ont trouvé la mort depuis le début de la crise, selon l’ONU ; mais selon le camp Ouattara, il y aurait 832 morts.

Patrouilles et check-points

Ouattara propose donc plusieurs solutions. D’abord, « la création d’un détachement de l’Onuci suffisamment doté en hommes et en moyens, dont la mission sera de porter secours et assistance aux populations ». Puis « la mise en place de check-points permanents dans les quartiers d’Abidjan les plus exposés à la violence et l’intensification des patrouilles » et enfin « l’installation de bases militaires de l’Onuci à Abobo et à Yopougon », les deux quartiers les plus touchés par les affrontements.

L’objectif étant également de prendre le pouvoir sans que les forces de Gbagbo ne puissent exercer de représailles sur des innocents, le gouvernement Ouattara réclame aussi « la destruction de l’arsenal militaire de guerre du camp Gbagbo utilisé contre les populations civiles » ainsi que « la création d’espaces sécurisés pour les populations en détresse » et de « couloirs humanitaires ». Selon l’ONU, près de 500 000 personnes ont fui leur habitation depuis le début de la crise, dont près de 90 000 ont trouvé refuge au Liberia voisin. La bataille d’Abidjan menace des millions d’habitants et la guerre civile fait déjà rage dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. (avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte