Société

Mali : deux arrestations dans l’affaire du « Boeing de la coke »

| Par
Forces de sécurité malienne à Bamako, le 22 septembre 2010.

Forces de sécurité malienne à Bamako, le 22 septembre 2010. © AFP

Les autorités maliennes continuent de progresser dans l’enquête du « Boeing de la coke ». Deux hommes qualifiés de « grands suspects » ont été arrêtés, six autres sont recherchés.

En novembre 2009, un avion cargo en provenance du Venezuela atterrissait en plein désert malien dans la région de Gao, avec à son bord un important chargement de cocaïne. Près dix personnes ont été appréhendées depuis, soupçonnées d’être liées de près ou de loin à cette étrange affaire.

Un an et demi plus tard, l’enquête a progressé et les autorités ont interpellé deux « grands » suspects dans le cadre de l’enquête, a-t-on appris mercredi 23 mars. Il s’agit de « Didi Ould Mohamed, originaire du Sahara occidental ayant également la nationalité malienne, et Mohamed Ould Sidi Hamed, de nationalité malienne », a précisé jeudi à l’AFP une des sources proches du dossier.

Le premier vivait entre les camps de Tindouf (extrême sud-ouest algérien) et le Mali, où il a de la famille, selon les différents interlocuteurs interrogés par l’AFP. Il maîtrise « parfaitement l’espagnol » et « l’enquête cherche à confirmer son rôle entre cartel de drogue latino-américain et filière de trafiquants en Afrique de l’Ouest », a expliqué une des sources.

Les services de sécurité étrangers ont mis à la disposition du Mali des éléments « accablants » sur les deux hommes, qui étaient en cours de vérification.

Six « richissimes » suspects en fuite

Les enquêteurs sont par ailleurs à la recherche de six autres suspects en fuite, de richissimes commerçants, ont indiqué des sources sécuritaires proches du dossier.

Pour le moment, « nous avons écouté et relâché des élus, des protagonistes. Personne ne sera protégé, le gouvernement nous a donné le feu vert sur l’affaire », a déclaré un enquêteur.

Après son atterrissage en plein désert, la cargaison du « Boeing de la coke » – de la cocaïne et des produits illicites selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) – avait été déchargée par son équipage. Puis l’avion avait été incendié.

L’Afrique de l’Ouest est présentée comme un point de transit important dans le commerce de drogue d’Amérique latine vers l’Europe. Plusieurs bandes de trafiquants sévissent dans le Sahara, de l’Algérie à la Mauritanie en passant par le Mali et le Niger.  (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte