Politique

Constituante tunisienne : oui à la parité, non au RCD

Les ex-dirigeants du RCD risquent de ne pas retrouver de sitôt les sièges du Parlement tunisien. © AFP

La parité parfaite entre hommes et femmes a été proposée pour le nouveau code électoral qui doit encadrer l’élection d’une Assemblée constituante, le 24 juillet prochain. Et les responsables du RCD devraient être interdits de scrutin.

La Tunisie pourra être citée parmi les démocraties les plus paritaires. La Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, a approuvé l’article 16 du décret-loi relatif à l’élection de l’Assemblée nationale constituante. Celui-ci prévoit que toutes les listes doivent impérativement être paritaires et faire figurer en alternance des candidats masculins et féminins. Révolution dans la révolution, ce principe de parité est fondé sur le rôle prépondérant des femmes dans la société tunisienne, citoyennes à part entière depuis la promulgation du Code du statut personnel (CSP) en 1957.
 
Si la parité a fait l’objet d’un large consensus, l’article 15 du projet de décret-loi sur les élections, portant sur l’éligibilité, a été longuement débattu et soumis au vote. Ce texte prévoyait à la base de rendre inéligibles les dirigeants du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) ayant assumé des responsabilités durant les dix dernières années. Avec la pression des islamistes, l’issue du vote a été encore plus défavorable aux responsables et proches du RCD depuis 1988, qui ont été purement et simplement exclus de toute activité politique.

Exclusion arbitraire mais salutaire

L’adoption de l’article 15 provoque la colère des anciens dirigeants du RCD qui affirment que seule une décision de justice peut les rendre inéligibles. Beaucoup estiment que la décision de la haute commission est une négation des principes de la démocratie qui pourrait ouvrir la voie aux extrêmes. « Il eut mieux valu laisser les citoyens sanctionner, par leur vote, l’exclusion du RCD », remarque ainsi Me Iadh Ammar.

Mais certains acteurs politiques estiment que le remède reste moins mauvais que le mal. « Dans une situation normale, ce serait à la justice de se prononcer, reconnaît notamment Abdelaziz Belkhoja, du Parti républicain. Mais l’inéligibilité des hauts responsables permet d’arrêter la machine du RCD, même s’il est vrai que la décision est arbitraire. »

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte