Politique

Maroc : Mohammed VI gracie 190 détenus dont de nombreux islamistes

| Par
Mohammed VI a décidé de grâcier 190 détenus.

Mohammed VI a décidé de grâcier 190 détenus. © AFP

Le roi du Maroc a décidé d’accorder une grâce à 190 détenus, dont plusieurs sont des islamistes ou ont été condamnés pour terrorisme. Certains voient leurs peines réduites, d’autres seront immédiatement libérés.

Le roi du Maroc poursuit sa politique de conciliation. Jeudi, Mohammed VI a gracié 190 détenus. Parmi eux, 96 seront libérés « dans l’immédiat » et les autres bénéficieront d’une réduction « substantielle » de leur peine, indique une source du ministère de la Justice marocain.

Six islamistes réputés modérés, dont Mustapha Moâtassim, le chef de l’ancien parti Al Badil Al Hadari (Alternative civilisationnelle), qui avait été dissous par décret en février 2008, figurent parmi les personnes graciées. Ils avaient été condamnés pour avoir fait partie du « réseau extrémiste » du Belgo-Marocain Abdelkader Belliraj. Lequel, accusé d’avoir dirigé un réseau extrémiste présumé de 35 membres, a été condamné à perpétuité en juillet 2010.

« Je souhaite la libération de tous les détenus condamnés injustement. C’est une nouvelle page à un moment où le Maroc se réconcilie avec lui-même », a déclaré Mohamed Merouani, l’un des six islamistes libérés.

Le cas Pierre Robert en suspens

Près de 14 islamistes salafistes, parmi lesquels les « cheikhs » Ahmed Fizazi et Abdelkrim Chadli, figurent également sur la liste des personnes graciées.

En revanche, aucune décision n’a été prise au sujet du Français Pierre Robert, accusé d’avoir commandité les attentats de Casablanca en mai 2003. « Le cas de M. Robert est en cours d’examen pour une éventuelle grâce », a déclaré Mohammed Sebbar, secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). C’est cet organisme, créé début mars par Mohammed VI lui même, qui a adressé un mémorandum au roi en vue de ces libérations.

Le militant Chakib El-Khyari, condamné en février 2009 à trois ans de prison ferme après avoir dénoncé le trafic de drogue dans le nord du Maroc, a également été gracié. (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte