Politique

Trois Rwandais inculpés de génocide par la justice belge

Après l’inculpation de deux hommes fin mars pour leur implication dans le génocide au Rwanda, un ancien procureur rwandais vient à son tour d’être interpellé en Belgique pour le même motif.

Mis à jour le 20 avril 2011 à 14:25

Selon l’ONU, le génocide de 1994 a fait près de 800 000 morts. © AFP

Ancien procureur de Butare, dans le sud du Rwanda, Mathias Bushishi, 71 ans vient d’être arrêté et écroué à Bruxelles (Belgique). Il était recherché par Interpol pour « crimes de guerre » et « génocide » commis au Rwanda en 1994.

Il pourrait être jugé par la Cour d’assises de Bruxelles, en vertu de la loi de compétence universelle permettant aux tribunaux belges de juger les auteurs présumés de crimes contre l’humanité.

Cette arrestation survient après à la double interpellation, fin mars et toujours en Belgique, de deux hommes dont l’identité n’a pas été révélée. Ils ont été inculpés de « crimes de génocide », « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité ». Selon le journal rwandais New Times, il s’agirait d’Ernest Gakwaya, dit « Camarade », et d’Emmanuel Nkunzuwimye, dit « Bomboko ».

Le premier était très connu à Nyamirambo, un quartier populaire de Kigali, et a été en 1994 « l’un des Interahamwe [miliciens pro-hutus, NDLR] les plus actifs pendant le génocide », explique le New Times, citant « des survivants ». Quant à Emmanuel Nkunzuwimye, « il est considéré comme un proche de Jean-Marie Vianney Mudahinyuka, condamné à dix-neuf ans de prison au Rwanda », selon la même source.

Procès belges

La Belgique a déjà instruit quatre procès liés au génocide rwandais, qui a fait, essentiellement parmi les membres de la minorité tutsie, environ 800 000 morts, selon les chiffres des Nations unies. Fin 2009, Ephrem Nkezabera, surnommé le « banquier du génocide », a été condamné à trente ans de réclusion par la Cour d’assises de Bruxelles.

La même cour avait déjà condamné à de lourdes peines deux religieuses, un universitaire et un industriel rwandais en 2001, deux commerçants du nord du pays en 2005, puis un ex-major en juillet 2007. (avec AFP)