Politique

Tunisie : le couple Ben Ali accusé de « complot contre la sûreté intérieure de l’État »

Mis à jour le 4 mai 2011 à 23:59

Réfugiés en Arabie saoudite, Zine el-Abidine et Leïla Ben Ali ont été accusés de complot contre la sûreté intérieure de l’État. Mais aussi de nombreux meurtres.

Les chefs d’inculpation s’accumulent contre l’ex-couple présidentiel réfugié en Arabie Saoudite. Selon le ministère tunisien de la Justice cité par l’agence officielle TAP, Zine el-Abidine et Leïla Ben Ali sont accusés non seulement de « complot contre la sûreté intérieure de l’État », mais aussi d’avoir « provoqué le désordre, des meurtres et des pillages sur le territoire tunisien ».

Au total, selon le ministre tunisien de la Justice, Lazhar Karoui Chebbi, 18 actions en justice ont déjà été enclenchées contre le président déchu, notamment pour homicides volontaires et usage et trafic de drogues. Le gouvernement est en train de constituer un dossier afin d’obtenir l’extradition de l’ex-président, réfugié avec des membres de sa famille en Arabie Saoudite depuis sa fuite le 14 janvier.

Un dossier judiciaire en particulier a été déposé devant un tribunal pénal de Sousse (centre). Il vise Ben Ali, son épouse et son neveu Kaïs pour la mort de quatre jeunes tués par balles à la mi-janvier durant la révolution à Ouardanine, dans le Sahel tunisien. Dans ce dossier, des familles des victimes accusent des agents des forces de l’ordre d’avoir donné l’ordre de tirer sur des manifestants s’opposant à la fuite de Kaïs Ben Ali, rapporte la TAP. (avec AFP)