Dossier

Cet article est issu du dossier «Dossier urbanisme : quelles villes demain ?»

Voir tout le sommaire
Économie

Le Congo s’attaque au fléau des ordures ménagères

La collecte des ordures ménagères contribuera à faire diminuer le nombre de décharges sauvages. DR

La collecte des ordures ménagères contribuera à faire diminuer le nombre de décharges sauvages. DR ©

À Nkayi, au Congo, une PME a créé un service de collecte des ordures. Et ça marche.

Etabli à Nkayi, poumon industriel du département de la Bouenza, à 220 km à l’ouest de Brazzaville, Gustave N’Kounkou est le patron de Surya, une PME active dans la dératisation, la désinsectisation, le commerce et le BTP. Sensible aux questions sanitaires, il décide en 2010 de s’attaquer aux décharges sauvages en créant un service de collecte des ordures ménagères. Une initiative qui séduit le maire de cette ville de 100 000 habitants, le Dr Boueya-Ngouala, biologiste de formation et lui aussi très sensible aux problèmes d’insalubrité. En juin 2011, la municipalité signe une concession de service public avec Surya, lui confiant la collecte des ordures ménagères pour cinq ans, avec à la clé une subvention de 8,6 millions de F CFA (plus de 13 100 euros) par mois.

Lire aussi :

L’Afrique face au défi de la santé urbaine
Congo Brazzaville : Elemental Minerals confirme la viabilité de sa mine de potasse
La pollution minière mise en accusation

Depuis, chaque jour, une trentaine d’éboueurs en combinaison orangée, masque, bottes et gants sillonnent les quartiers avec leur pousse-pousse, suivis de peu par les contrôleurs de l’entreprise qui veillent à la bonne exécution de la tâche. La capacité d’enlèvement est de 8 tonnes par jour. Déposées dans de petits bacs installés devant chaque foyer desservi, les ordures sont collectées et stockées dans des bennes en différents points de la ville, puis évacuées par camion vers une décharge de 30 ha, à 10 km de la cité. Pour la modeste somme de 240 F CFA par mois (la mairie finançant les 760 F CFA restants), plus de 28 000 foyers ont déjà adhéré au service. Avoir un bac Surya est devenu un symbole de standing. Les autres bénéficiaires, dont les entreprises, paient entre 1 250 et 2 500 F CFA par mois.

Prochaine étape : installer un centre de tri sélectif près de la décharge et faire du compostage avec les ordures biodégradables. Un investissement de 270 millions de F CFA, à trouver.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte