Politique

Cameroun : le SDF veut « empêcher la tenue de la présidentielle »

Le leader du SDF, John Fru Ndi, en 2004 à Yaoundé. © AFP

Le Social Democratic Front exige la mise sur pied d’un organe électoral indépendant pour organiser l’élection présidentielle prévue à la fin de l’année. En attendant, le principal parti de l’opposition parlementaire a reporté sine die la tenue de tout congrès visant à désigner son candidat pour le scrutin.

Les membres de la direction du principal parti de l’opposition camerounaise, le Social Democratic Front (SDF, Front social démocrate), passent à l’offensive. Et ils demandent au président national de leur formation, Ni John Fru Ndi, de « prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher la tenue de la prochaine élection présidentielle au Cameroun ».

Leur prescription fait partie d’une résolution en quatre points, prise lors de la réunion du Comité exécutif national (NEC) du parti, tenue les 7 et 8 mai à Bamenda, région du nord-ouest du Cameroun. La secrétaire nationale à la communication du SDF, Beatrice Anembom Monju, a nié l’idée d’un boycott de la prochaine présidentielle, tout en reconnaissant mardi que son parti avait décidé de « reporter à une date ultérieure la tenue de ses congrès ordinaire et extraordinaire à cause de la gravité de la situation ». En clair, le SDF ne va pas, pour l’instant, désigner un candidat pour le scrutin.

Pressions sur Elecam

En principe, l’élection présidentielle doit se tenir au mois d’octobre 2011 au Cameroun. Dans cette perspective, le SDF, qui compte 14 députés sur 180 à l’Assemblée nationale, veut « continuer la lutte pour la mise en place d’un organe indépendant capable d’organiser des élections crédibles au Cameroun ». Les pressions de ce parti sur l’actuel organe électoral, Elections Cameroon (Elecam), avaient déjà conduit au renforcement de sa composition qui est passée de 12 à 18 membres, suite à un amendement introduit par le gouvernement du président Paul Biya.

Jean-Michel Nintcheu, député SDF à l’Assemblée, estime qu’Elecam, dans sa composition actuelle et malgré les retouches, reste une caisse de résonnance du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Le Comité exécutif du SDF a donc mandaté son président, Ni John Fru Ndi, pour sensibiliser les Camerounais à se tenir prêts pour des mots d’ordre éventuels.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte