Diplomatie

Côte d’Ivoire – Sénégal : Ouattara en « visite d’amitié » chez Wade

| Par
Alassane Ouattara prêtant serment à Abidjan, le 6 mai 2011.

Alassane Ouattara prêtant serment à Abidjan, le 6 mai 2011. © AFP

Les services du président sénégalais Abdoulaye Wade ont annoncé la venue du président ivoirien Alassane Ouattara, jeudi. L’occasion pour Abidjan et Dakar de renouer de bonnes relations après les brouilles des années Gbagbo.

Soutenu par Abdoulaye Wade durant la crise postélectorale ivoirienne, Alassane Ouattara se devait de rendre la politesse. Ce sera bientôt chose faite. Le nouveau président ivoirien effectuera « une visite d’amitié au Sénégal le jeudi 12 mai 2011 à partir de 16 heures (locales et GMT) », a annoncé mardi soir la présidence sénégalaise dans un communiqué lu sur la télévision publique RTS.

Ouattara « a tenu à réserver sa première sortie après sa prestation de serment au Sénégal en raison des relations traditionnelles qui ont toujours existé entre le peuple ivoirien et le peuple sénégalais », ajoute le texte. Il est ainsi demandé à la population d’« accueillir très chaleureusement cet ami du Sénégal ».

La chute de Gbagbo, "une très bonne chose"

Wade avait été le seul président africain à réagir publiquement à la chute de Laurent Gbagbo, le 11 avril, en disant que celle-ci était « une très bonne chose […] À l’avenir, aucun chef d’État africain ne pourra plus s’aviser de refuser le verdict des urnes. Si l’on avait accepté le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir, ce n’était plus la peine d’organiser des élections en Afrique ».

À l’issue d’une visite en Côte d’Ivoire, le 21 avril à Abidjan, le chef de la diplomatie sénégalaise Madické Niang avait été encore un peu plus loin en déclarant que même si le sort de Gbagbo était « une question ivoirienne », le Sénégal était contre « l’impunité » pour lui. Les relations entre Wade et Gbagbo ont souvent été très ombrageuses [voir ici un aperçu de leurs nombreuses frictions].

Une communauté prise pour cible

Car une forte communauté sénégalaise, évaluée officiellement à plusieurs milliers de personnes, vit en Côte d’Ivoire et a souvent été visée par les « ultras » du régime de Gbagbo quand les propos ou les positions politiques de Wade les indisposaient. Selon la presse sénégalaise, au moins une dizaine de Sénégalais ont par exemple été tués pendant les troubles postélectoraux.

De fait, dès décembre 2010, le Sénégal avait soutenu la position de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) favorable à Ouattara. Entre le premier et le second tour du scrutin, en novembre 2010, ce dernier avait même effectué une visite à Dakar, où il avait rencontré le président Wade, ce qui avait provoqué la fureur du camp Gbagbo. Abidjan avait alors rappelé son ambassadeur à Dakar. (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer