Bourse

FMI : inculpé d’agression sexuelle, DSK accepte de nouveaux prélèvements ADN

DSK (au c.) menotté, est à sa sortie du commissariat de Harlem, le 16 mai 2011.

DSK (au c.) menotté, est à sa sortie du commissariat de Harlem, le 16 mai 2011. © AFP

L’épreuve continue pour le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, inculpé d’agression sexuelle à New York. Sa présentation devant un juge a été repoussée de vingt-quatre heures, le temps pour les enquêteurs d’approfondir leurs recherches en faisant notamment de nouveaux prélèvements ADN.

L’image est aussi saisissante qu’humiliante pour Dominique Strauss-Kahn : le directeur général du FMI sortant vers 23 heures (locales) du commissariat de Harlem menotté, le visage fatigué, une trentaine d’heures après son arrestation à l’aéroport de New York. Inculpé « d’acte sexuel criminel, de tentative de viol et de séquestration », et formellement reconnu par sa victime présumée, une femme de chambre de 32 ans employée à l’hôtel Sofitel, DSK est monté à bord d’une voiture de police banalisée pour une destination inconnue.

Selon le New York Times, la femme de chambre est d’origine africaine et a une fille d’une dizaine d’années. Strauss-Kahn « a l’intention de se défendre vigoureusement contre les accusations et il dément toute mauvaise conduite », a déclaré un de ses avocats, Benjamin Brafman, en s’adressant dimanche soir aux journalistes devant le tribunal du sud de Manhattan, où DSK doit être présenté à un juge.

Comparution devant un juge reportée

Prévue dimanche, cette comparution a été reportée à lundi matin, les enquêteurs souhaitant effectuer de nouveaux tests que DSK a « de son plein gré, acceptés », a indiqué un autre de ses avocats, William Taylor. La police de New York souhaite notamment vérifier s’il présente des traces de griffures et examiner ses vêtements, à la recherche de nouvelles traces d’ADN, sur « des cheveux, du sperme ». « M. Strauss-Kahn est fatigué, mais il va bien », a ajouté Me Taylor.

Les faits dont est accusé M. Strauss-Kahn sont extrêment graves. Ils se seraient produits samedi en milieu de journée à l’hôtel Sofitel, près de Times Square. Un porte-parole de la police a précisé que la victime était entrée dans la suite 2806, croyant qu’elle était vide pendant que DSK prenait une douche : « Il s’est approché d’elle par derrière et l’a touchée de manière inconvenante. Il l’a forcée à accomplir un acte sexuel. »

Concernant son interpellation, DSK a lui-même fourni les renseignements à la police lorsqu’il a appelé depuis l’aéroport Kennedy de New York son hôtel pour qu’on lui fasse porter un téléphone portable qu’il avait oublié, selon la police.

Libération sous caution ?

DSK peut-il être libéré sous caution, et à quelles conditions ? « Ce sera au juge » de décider, a expliqué un porte-parole de la police de New York, John Grimpel, avant de préciser que le patron du FMI ne pouvait se prévaloir d’aucune immunité diplomatique dans cette affaire qui bouleverse non seulement la classe politique française mais aussi le monde des affaires.

Car l’arrestation de DSK a eu lundi une première conséquence économique : l’euro était en baisse dans la matinée sur les marchés des changes en Asie, les investisseurs craignant que la situation de directeur du FMI ne complique les efforts pour régler la crise de la dette en zone euro. « Pendant quelques jours au moins, le marché va craindre une paralysie de la direction au FMI », a déclaré à Dow Jones Newswires Gareth Berry, analyste sur les devises chez UBS.

En France, l’incroyable arrestation de l’ancien ministre de l’Économie faisait lundi matin les grands titres de la presse. « Affaire Strauss-Kahn : coup de tonnerre sur la présidentielle », titrait Le Figaro, tandis que Libération lâchait un lapidaire « DSK OUT ». (Avec AFP)

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte