Politique

DSK a passé sa première nuit à la prison de Rikers Island

L'entrée de la prison dans laquelle a été écroué DSK. © AFP

Le socialiste français et directeur du FMI a été placé en détention à la prison de Rikers Island, dans l’attente de sa comparution devant un "grand  jury" vendredi 20 mai.

Le numéro un du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a passé la nuit de lundi à mardi 17 mai à la prison de Rikers Island à New York, à l’issue de sa comparution devant la juge Melissa Jackson. Accusé de tentative de viol, de séquestration et d’agression sexuelle par une employée de l’hôtel Sofitel de Manhattan, il n’a pas été autorisé à quitter le tribunal contre le paiement d’une caution et a été écroué jusqu’au 20 mai, date à laquelle il comparaîtra devant un grand jury.

Il bénéficie d’une cellule individuelle dans cette prison réputée difficile, et n’en sortira pas sans être accompagné d’un gardien, a fait savoir un porte-parole de l’administration pénitentiaire sous couvert d’anonymat. « Il ne sera pas en contact avec les autres prisonniers », a-t-il encore précisé.

"Rétablir son nom et sa réputation"

Lors de sa comparution, après une longue garde à vue au commissariat de Harlem, la juge a refusé le versement d’une caution d’un million de dollars, estimant que DSK présentait le risque de quitter le territoire américain. Pourtant, la défense de l’ancien ministre français de l’Économie avait proposé qu’il remette son passeport à la justice et qu’il s’engage à résider à New York chez sa fille.

Melissa Jackson a également avancé l’argument selon lequel DSK pourrait être impliqué dans une affaire « similaire », conformément aux déclarations à charge du procureur.

Après sa comparution lundi, les avocats de DSK ont déclaré qu’il niait les faits qui lui sont reprochés par la femme de chambre. « Il nie ces accusations. Il est présumé innocent selon la loi », a souligné Benjamin Brafman, ajoutant que son client bénéficiait d’une « ligne de défense forte » et qu’il était « tout à fait probable qu’il soit innocenté en fin de compte ». « Il est important de comprendre que cette bataille ne fait que commencer », a poursuivi l’avocat. « L’intention de M. Strauss-Kahn est d’essayer de rétablir son nom et sa réputation. »

S’il devait être condamné pour l’ensemble des chefs d’accusation dont il fait l’objet, Dominique Strauss-Kahn encourrait entre 15 et 74 ans de prison. (avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte