Politique

Tunisie : Essebsi à Paris, Guéant à Tunis et un cacique du régime libyen à Djerba

Mis à jour le 17 mai 2011 à 16:09

Tandis que le ministre français de l’Intérieur effectue une visite en Tunisie, le Premier ministre tunisien est à Paris depuis mardi pour y rencontrer Nicolas Sarkozy. Par ailleurs, le ministre libyen du Pétrole, Choukri Ghanem, est à Djerba, sans que les motifs de son séjour ne soient encore éclaircis.

Le ministre français de l’Intérieur Claude Guéant n’est plus secrétaire général de l’Elysée, mais il demeure le plus proche collaborateur de Nicolas Sarkozy. Ce n’est donc certainement pas une coïncidence s’il s’est rendu à Tunis lundi pour rencontrer le Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi, à la veille du voyage officiel de ce dernier à Paris.

« Nous souhaitons accompagner la Tunisie dans son chemin vers les libertés et vers la démocratie dans tous les domaines, c’est à ce titre qu’après que plusieurs de mes collègues sont déjà venus voir leurs homologues [tunisiens, NDLR], je suis venu ici pour rencontrer mon collègue le ministre de l’Intérieur parce que la sécurité est aussi un domaine de coopération entre nos deux pays », a déclaré Guéant à l’issue de son entretien avec Essebsi.

Accord sécuritaire

Guéant devrait signer mardi un accord en matière de sécurité avec son homologue tunisien Habib Essid. « Dans toute la mesure où la Tunisie le souhaitera nous sommes à ses côtés parce que une démocratie a besoin de sécurité et c’est de cela dont nous allons parler après un tour d’horizon général avec le monsieur le Premier ministre », a ajouté M. Guéant.

Selon une source diplomatique française, Guéant doit désormais avoir à Tunis des entretiens avec les ministres de la Défense nationale, Abdelkarim Zbidi, du Transport, Yassine Brahim, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Saïd Aydi.

Le Premier ministre tunisien doit quant à lui rencontrer le président français Nicolas Sarkozy ce mardi, pour s’assurer de son soutien avant le sommet du G8 prévu les 26 et 27 mai à Deauville (nord-ouest), auquel la Tunisie participe pour la première fois. La France a d’ores et déjà accordé un prêt bonifié de 350 millions d’euros à la Tunisie, lors de la visite du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, le 20 avril dernier. Et Paris devrait appuyer Tunis dans sa recherche de financements pour son plan de développement.

Guéant muet face aux journalistes

« Le gouvernement français mais aussi le peuple français bien que, il faut le dire, ils aient été surpris [et] ne s’attendaient pas à la révolution en Tunisie, ont suivi avec enthousiasme et continuent à suivre avec beaucoup d’intérêt ce qui se passe en Tunisie », a ajouté Guéant qui n’a pas souhaité répondre aux questions des journalistes présents.

Mais pendant que les entretiens franco-tunisiens se déroulaient, l’on apprenait qu’un cacique du régime libyen était en Tunisie, selon une source proche du gouvernement. Il s’agit du ministre libyen du Pétrole, Choukri Ghanem, dont les éventuels avoirs aux États-Unis sont gelés par Washington depuis le 8 avril. Celui-ci est arrivé le 14 mai par le poste-frontalier de Ras Jedir à bord d’une voiture et réside actuellement dans un hôtel à Djerba. L’on ne sait s’il est porteur d’un quelconque message aux autorités tunisiennes… ou françaises. (avec AFP)