Diplomatie

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara, une investiture en grande pompe

Pas moins de 200 V.I.P, dont 20 chefs d'Etat sont présents à l'investiture d'Alassane Ouattara. © AFP

Plus de 100 000 personnes et une vingtaine de chefs d'État... Tout le gratin franco-ivoirien, la plupart des personnalités politiques en vue et des hommes d'affaires proches du nouveau pouvoir se pressent à Yamoussoukro pour assister à la fastueuse cérémonie d'investiture du président ivoirien Alassane Ouattara. Coup d'envoi des festivités : 10 heures 30 locales.

« Il faut de nouveaux hommes pour la nouvelle Côte d’Ivoire », plaisante un groupe d’Ivoiriens de France dans le hall de l’aéroport de Casablanca. Pour rien au monde ces militants du RHDP, en escale au Maroc, n’auraient raté l’investiture de leur nouveau président, Alassane Ouattara, le samedi 21 mai à Abidjan. Ils esquissent quelques pas de danse au son d’ « Ado solution », en souvenir du slogan de campagne de leur champion.

Arrivés à Abidjan, ils ont rejoint, comme de nombreuses délégations du parti, la capitale Yamoussoukro par la route. Près de 100 000 personnes sont attendues pour cet événement dont une vingtaine de chefs d’Etat et près de 200 V.I.P, venus par vols d’affaires ou jets privés.

L’aéroport de la ville, peu habitué à recevoir autant d’avions – 145 rotattions pour la seule journée du 21 mai – a reçu le renfort d’aiguilleurs du ciel français, ce qui n’a pas empêché certains passagers d’attendre près d’une heure au dessus de la ville avant de se poser.

Convives de marque

Les festivités ont débuté dès le 20 mai, par un dîner au bord de la piscine de l’Hôtel Président. Dominique Ouattara, la première dame, présidait une table d’honneur autour de laquelle se trouvaient Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Michel Roussin, l’ancien Premier ministre ivoirien Seydou Diarra, Anthony Ward alias Chocolate Finger, le patron du groupe Armajaro spécialisé dans les matières premières, et le Dr Augustin Thiam, nouveau gouverneur de Yamoussoukro…

Parmi les autres convives de cette soirée, l’architecte ivoiro-libanais Pierre Fakhoury, bâtisseur de la basilique Notre-Dame-de-la-Paix, Mario Giro, le « Monsieur Afrique » de la communauté San Egidio, Anne Méaux, la fondactrice d’Image 7, la société de communication des grands patrons français. La cérémonie a été préparée par l’agence irlandaise Public Système Hopscotch. Les invités ont pu admirer différents groupes de danse ivoiriens et des pays limitrophes.

De son côté, Alassane Ouattara a dîné avec les chefs d’État déjà présents – Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale), Idriss Déby (Tchad), Blaise Compaoré (Burkina) – le Premier ministre kényan, Raila Odinga, et quelques invités de marque comme Michel Camdessus, son ancien patron du FMI. Le Premier ministre Guillaume Soro participait lui aussi à cette soirée.

"Que fera Laurent Gbagbo ?"

Une vingtaine de chefs d’État sont attendus pour l’investiture qui débutera à 10 heures 30 locales (12 heures 30 à Paris). Le président français, Nicolas Sarkozy, sera la guest star de cet événement. Arrivé le matin même, il a partagé un petit-déjeuner de travail avec Ouattara, avant de rencontrer en tête-à-tête le Nigérian Goodluck Jonathan puis le Burkinabè Blaise Compaoré. Dès la cérémonie bouclée, il partira à Abidjan pour une rencontre avec la communauté française.

À l’issue de l’investiture, les autres chefs d’État auront un déjeuner privé à l’Hôtel Président avant de regagner leurs pays respectifs. Les autres invités participeront, en début de soirée, à une cérémonie œcuménique en la Basilique Notre-Dame-de-la-Paix, avant un dîner au Palais de l’ancien président Félix Houphouët-Boigny.

Cela faisait longtemps que la capitale ivorienne n’avait pas accueilli de telles festivités. Depuis quelques jours, les larges avenues ont été nettoyées par des centaines de femmes désireuses de redonner du lustre à la ville. Les commerçants vendent pour leur part des posters géants, calendriers, t-shirts et pagnes à l’effigie du couple Ouattara. Dans les maquis de la ville, les discussions tournent aussi souvent autour de l’ancien chef d’État : « Que fera Laurent Gbagbo au moment de l’investiture ? La regardera t-il à la télévision ? ».

__

Par Pascal Airault, envoyé spécial à Yamoussoukro.

  

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte