Politique

Côte d’Ivoire : Ouattara veut un « gouvernement d’union » dirigé par Soro

| Par
Investiture officielle d'Alassane Ouattara, le 21 mai 2011 à Yamoussoukro.

Investiture officielle d'Alassane Ouattara, le 21 mai 2011 à Yamoussoukro. © AFP

Le président ivoirien Alassane Ouattara va annoncer « dans les prochains jours », la composition de son nouveau gouvernement. Il aura Guillaume Soro à sa tête et à la Défense, et devrait intégrer des éléments du parti de Laurent Gbagbo. Ce dernier sera quant à lui jugé pour crimes de guerre, a insisté Alassane Ouattara dimanche.

Investi président de Côte d’ivoire en grande pompe samedi à Yamoussoukro, Alassane Ouattara peut maintenant se mettre au travail.

Première tâche : composer un nouveau gouvernement. Bien que la phase de conquête du pouvoir soit terminée, il a annoncé que Guillaume Soro sera « reconduit dans ses fonctions de Premier ministre et de ministre de la Défense », dans une interview à France 24.

Lourde tâche

« Chef incontesté » des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), qui ont permis à Alassane Ouattara de remporter la bataille d’Abidjan, Guillaume Soro aura la lourde tâche d’en faire une véritable armée régulière, alors que des pillages massifs ont accompagné leur arrivée dans la capitale économique ivoirienne. Seuls 20 % des hommes autrefois fidèles à Laurent Gbagbo sont revenus au travail, estime un expert cité par l’AFP. Guillaume Soro devra réintégrer les autres et réorganiser l’armée, en dépit des méfiances.

Pour apaiser les rancœurs, Alassane Ouattara compte mettre en place un « gouvernement d’union », où « des éléments modérés » du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo, auraient leur place. Les trouver ne sera pas si aisé : la plupart de ses cadres sont, soit en détention, soit en exil, au Ghana notamment.

Procès Gbagbo

Alassane Ouattara ne souhaite en revanche pas faire l’économie d’un, voire de plusieurs « procès Gbagbo ». « Il sera jugé. Il sera jugé en interne, et je demande qu’il soit jugé par la Cour pénale internationale », a-t-il déclaré à France 24.

Les forces françaises Licorne, présentes sur le territoire ivoirien, devraient quant à elles y rester, comme l’avait annoncé le président Nicolas Sarkozy, présent à l’investiture samedi. « Il faut que cette base soit renforcée », a même estimé Alassane Ouattara. (avec AFP)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte