Politique

Égypte : Moubarak sauvé de la prison par son état de santé

L'ex-raïs égyptien échappera-t-il encore longtemps à la prison pour raison de santé ? © AFP

Le parquet général du Caire a annoncé que l'état de santé de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, qui se trouve en détention provisoire à l'hôpital de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, ne permet pas encore son transfert dans une prison.

Justice d’exception ou cas de force majeure ? Malgré plusieurs inculpations judiciaires et une condamnation pour censure d’internet, l’ancien président égyptien Hosni Moubarak pourrait ne pas passer par la case prison. En effet, l’état de santé de l’ex-président égyptien, qui se trouve en détention préventive à l’hôpital de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, ne permet pas encore son transfert dans une prison, a annoncé mardi le parquet général. L’ancien chef d’État, hospitalisé depuis le 13 avril après un malaise cardiaque pendant un interrogatoire, doit être jugé pour le meurtre de manifestants pendant la révolte qui l’a renversé le 11 février et pour enrichissement illégal.

Hôpital de la prison de Tora pas assez équipé

Le procureur général Abdel Meguid Mahmoud avait chargé une équipe de médecins, dont des cardiologues, de réexaminer l’ex-président pour établir si son état de santé permet son transfert dans un hôpital carcéral.

« Après avoir consulté le dossier médical [de Moubarak] et l’avoir de nouveau examiné et évalué l’hôpital de la prison de Tora [au Caire], l’équipe a décidé de ne pas transporter le patient hors de l’hôpital international de Charm el-Cheikh pour le moment », a indiqué le parquet dans un communiqué publié sur sa page officielle sur Facebook.

« L’hôpital de la prison de Tora dans son état actuel n’est pas suffisamment équipé pour accueillir un patient à l’état grave et instable », selon le texte.

Risques de crise cardiaque

D’après les médecins, Hosni Moubarak est déprimé et présente des risques de crise cardiaque. Il risque aussi de perdre brièvement conscience en raison de problèmes de circulation et ne peut pas se lever seul.

Les médecins font également état de la présence de « tumeurs » dans les voies biliaires et au pancréas mais il n’est pas clair si ces tumeurs ont été enlevées en mars 2010, lorsqu’il a été opéré en Allemagne, ou si elles sont toujours présentes.

Hosni Moubarak, 83 ans, a été chassé du pouvoir le 11 février par une révolte populaire, après trois décennies à la tête du pays. Selon un bilan officiel, 846 personnes ont été tuées pendant les dix-huit jours du soulèvement sans précédent qui l’a poussé à la démission. (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte