Politique

Côte d’Ivoire : comment les Gbagbo ont eu très, très chaud

| Par Jeune Afrique
Laurent Gbagbo n’a pas souhaité être détenu avec sa femme Simone.

Laurent Gbagbo n'a pas souhaité être détenu avec sa femme Simone. © D.R.

À peine capturés, le 11 avril, Laurent et Simone Gbagbo ont été victimes d’une tentative d’assassinat. Qui n’a pas abouti grâce à la sécurité présidentielle d’Alassane Ouattara.

Le soir de leur capture, le 11 avril, Laurent et Simone Gbagbo ont cru que leur dernière heure était arrivée. Plusieurs éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) ont voulu forcer la porte de leur chambre, la 468, au quatrième étage du Golf Hôtel, afin de les tuer. Aussitôt alerté, Alassane Ouattara, qui dormait au deuxième étage, a envoyé sa garde rapprochée pour les protéger. Afin d’éviter le pire, le couple a été évacué dès le lendemain matin. Aujourd’hui, Ouattara veille à ce que ses deux ennemis intimes ne soient pas empoisonnés.

À Korhogo, Laurent est aujourd’hui nourri par la famille d’Amadou Gon Coulibaly, le secrétaire général de la présidence. Aux membres des FRCI chargés de le surveiller, il a demandé une Bible et une bibliographie sur Félix Houphouët-Boigny. « Vous savez, ce qui est important dans la vie, c’est de bien choisir sa femme », leur a-t-il un jour déclaré. Il demande régulièrement des nouvelles de Nady Bamba, sa seconde épouse. À Odienné, Simone est quant à elle alimentée par la propre famille maternelle du nouveau chef de l’État.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte