Politique

Affaire DSK : quand la Toile africaine s’enflamme

Par - Mathieu Olivier
Mis à jour le 9 juin 2011 à 18:07

L’affaire DSK passionne la planète et la blogosphère aussi. L’ex-directeur du FMI est-il coupable ou innocent ? Les lecteurs de jeuneafrique.com ne sont pas insensibles à la question. Ni aux théories du complot, diverses et variées, qui fleurissent sur la Toile.

Conspiration. Le mot est passé sur toutes les lèvres depuis l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, le 14 mai à New York. Formellement inculpé, celui-ci a plaidé « non coupable ». On semble donc se diriger vers un procès. Mais d’ici là, la petite musique du complot risque de ne pas s’arrêter.

Les lecteurs de jeuneafrique.com ont à l’évidence porté attention aux diverses théories du complot. La plus célèbre est une histoire de sigles. UMP, CIA : même combat ?
C’est un tweet du jeune militant UMP (Union pour un mouvement populaire, parti présidentiel français) Jonathan Pinet qui met le feu aux poudres en annonçant à 16 h 59 (heure de New York) que DSK avait été arrêté une heure plus tôt, soit approximativement à 16 heures. Une chronologie qui ne tient pas selon un internaute du Post.fr qui monte, quelques heures à peine après l’arrestation, la première théorie du complot.

Théorie relancée mercredi dernier par les médias américains, qui dévoilent que Nicolas Sarkozy est un proche du procureur de New York, Cyrus Vance, mais aussi du chef de la police new-yorkaise, « Ray » Kelly. Coïncidence ? Pour Adal, internaute de jeuneafrique.com, pas de doutes : « Les conditions et le lieu de détention nous montrent que le coup est savamment préparé… »

L’axe Paris-Moscou

Machination orchestrée par l’UMP, par « la mafia française », comme semble le penser Impossible dans son commentaire ? Les théoriciens du complot vont plus loin en s’appuyant sur les propos du député français Claude Bartolone (Parti socialiste, opposition), qui a rapporté à BFM-TV une conversation qu’il aurait eu avec DSK le matin précédant son arrestation. Ce dernier lui aurait déclaré : « Attention, il faut être très vigilant, on peut être sur écoute téléphonique, je sens bien qu’actuellement les Russes et notamment Poutine sont les alliés de la France pour essayer de me virer du FMI avant que je ne puisse être en situation d’annoncer [ma candidature]. »

Une alliance Paris-Moscou pour faire tomber le favori de la primaire socialiste ? Reste à trouver un mobile crédible pour la Russie… « À qui profite le crime ? » s’interroge ainsi Tail, qui soupçonne « des membres du FMI » et rejoint une autre théorie : celle des pays émergents cherchant à faire tomber DSK pour installer un de leurs ressortissants à la tête du FMI. Peu efficace, semble-t-il, puisque le successeur du directeur déchu devrait être vraisemblablement Christine Lagarde.

"La fille ment"

Reste alors l’hypothèse la moins tentaculaire, et qui agite tous les réseaux guinéens et sénégalais auxquels la victime présumée, la Guinéenne Nafissatou Diallo, serait liée. Selon l’hebdomadaire français Le Nouvel Observateur, Sano Doussou Condé, la responsable de la section new-yorkaise du parti au pouvoir à Conakry, a ainsi évoqué une jeune femme « manipulée » faisant « honte » à la Guinée. Des propos qui rejoignent le point de vue de Djena, sur jeuneafrique.com. Celle-ci écrit : « Je crois que la fille ment, elle voulait du fric. Je suis guinéenne aussi. À mon avis, elle a consenti à l’acte et, après, retourné sa veste… »

Un point de vue que ne partage pas LucienZézé, un des nombreux commentateurs, ardent défenseur de l’image de l’ethnie peule dont ferait partie la victime présumée. Pour lui, « dans la communauté, il y a des règles très strictes et les filles peules ne jouent pas avec ces règles quand il s’agit de la sexualité et de la morale ».

Le procès, dont la date n’est par conséquent pas encore connue, et le verdict – qui doit être adopté à l’unanimité par les douze jurés -, devrait permettre de calmer les passions. Sauf peut-être chez les inconditionnels du complot dont l’imagination reste sans borne, comme chez le bien nommé Sceptique. « Cet article me conforte dans mon opinion selon laquelle il n y a pas de femme de ménage… », affirme-t-il (sur "Affaire DSK : sur les traces de nafissatou Diallo"). Et de s’expliquer : « Sinon comment une femme de taille moyenne, dont l’uniforme dissimule les formes, peut soudainement se transformer en femme de 1,80 m aux formes plantureuses, dont la description a amplement été donnée dans bon nombre de journaux ? » CQFD.