Politique

Libye : une « aide » de 890 millions d’euros pour les rebelles du CNT

| Par Jeune Afrique
Hillary Clinton, lors de la réunion du groupe de contact, le 9 juin 2011.

Hillary Clinton, lors de la réunion du groupe de contact, le 9 juin 2011. © Reuters

Le groupe de contact sur la Libye qui se réunissait jeudi à Abou Dhabi, a annoncé la création d’un fonds d’aide financière pour les rebelles du CNT. Bilan des promesses de dotation : près de 900 millions d’euros.

Les rebelles libyens ont désormais accès à des ressources financières sous la forme d’un fonds international d’aide qui doit leur permettre de s’organiser pour prendre à terme tous les rênes de l’État libyen. « Le mécanisme financier intérimaire est devenu opérationnel dès ce jour », a déclaré jeudi à Abou Dhabi le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdel Hafidh Ghoga, en marge d’une réunion du groupe de contact sur la Libye.

Plusieurs pays européens ont promis des aides à l’organe politique de la rébellion. L’Italie va ainsi fournir directement aux opposants libyens de 300 à 400 millions d’euros, sous forme de prêts de carburant. La France a également promis de débloquer une aide de 290 millions d’euros.

"Aide à des fins humanitaires"

« C’est une aide à des fins humanitaires, il s’agit de faciliter les conditions de vie des populations dans les villes sous contrôle du CNT », a précisé le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé. Plusieurs pays arabes ont également promis leur soutien financier. C’est le cas du Koweït, qui va contribuer au fonds à hauteur de 124 millions d’euros, et du Qatar, qui y versera 68 millions d’euros.

En tout, les fonds promis à Abu Dhabi se montent à quelque 890 millions d’euros. Mais ils restent  loin des 2 milliards d’euros dont le CNT estime avoir besoin pour s’autofinancer au cours des quatre prochains mois. Les insurgés ont également été déçus par les États-Unis, qui ont annoncé une hausse de (seulement) 18 millions d’euros de leur aide humanitaire, mais aucune aide directe au CNT.

« Les jours de Kadhafi sont comptés », a déclaré la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton. « Nous travaillons avec nos partenaires internationaux dans le cadre de l’ONU pour préparer l’inévitable : une Libye post-Kadhafi. » Le groupe de contact international sur la Libye a rassemblé à Abou Dhabi 20 ministres des Affaires étrangères des pays ayant reconnu le CNT. (avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte