Politique

Niger : accrochage meutrier entre militaires et « bandits armés » dans le Nord

Un accrochage dimanche entre une patrouille de l’armée nigérienne près d’Arlit et des « bandits armés » a fait deux morts, dont un soldat, et six blessés parmi les militaires.

Mis à jour le 14 juin 2011 à 09:38

Des militaires nigériens, le 25 septembre 2010 dans le nord du Niger. © AFP

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a-t-elle encore frappé ? La terminologie officielle évoque des « bandits armés » mais la différence entre ces derniers et les djihadistes est parfois assez mince – surtout dans la zone de l’incident, au nord du Niger.

« L’accrochage entre une patrouille militaire et un groupe de "bandits armés" circulant à bord de trois véhicules est survenu à 80 km de la cité minière d’Arlit [nord] », indique le ministère nigérien de la Défense dans un communiqué lu à la télévision nationale.

Bilan de ces échanges de tirs : un militaire nigérien abattu et six blessés, tandis qu’un « bandit » était également tué, affirme le ministère sans plus de précision. De son côté, un diplomate nigérien qui accompagnait le président Mahamadou Issoufou en visite à Bamako a parlé d’un accrochage avec « des combattants d’Aqmi ».

Aqmi avait kidnappé en septembre 2010 à Arlit cinq Français, un Togolais et un Malgache et retient toujours en otages quatre Français. (avec AFP)